@Informateur.info- A l’appel de la Plateforme des organisations et syndicats des enseignants-chercheurs et chercheurs de Côte d’Ivoire (Posec-CI), les enseignants des Universités publiques décident d’un arrêt de travail de trois jours (du mercredi 7 au vendredi 9 octobre) sur l’ensemble des campus universitaires du pays.

Selon Yéo Kanabein Oumar, Président du Conseil d’administration de la Posec-CI, cette grève vise à “dénoncer la destruction programmée du système éducatif en général et celui de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique en particulier”.

Aussi, l’organisation syndicale revendique l’amélioration des conditions de travail des enseignants du Supérieur qui passent par “la mise à disposition de la connexion Internet, des bibliothèques numériques, le respect du volume horaire nécessaire pour dispenser correctement les cours et le paiement du reliquat de solde des heures complémentaires au titre des années académiques 2016-2017, 2017-2018 à l’université Félix Houphouët-Boigny et 2019-2020”.

En outre, la Posec-CI, à en croire M.Yéo, exige le paiement d’une prime spéciale aux enseignants “pour les efforts sans pareil consentis afin de sauver l’année académique 2019-2020”.

La Posec-CI comprend six organisations syndicales dont le tout premier et puissant Synares (Syndicat national de la recherche et de l’enseignement supérieur).

Geneviève MADINA