@Informateur.info- Restructuré, le 28 juin 2019, après plus de quatre années de léthargie due à la perte du pouvoir d’Etat au Burkina Faso, le nouveau bureau politique de la section ivoirienne du Congrès pour la démocratie et le progrès (Cdp-ci) fort de 70 membres, fait déjà face à une duplicité de certains de ses membres.

La tendance à militer au Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), parti transfuge, est si grande chez beaucoup de cadres du parti d’Eddie Komboigo en Côte d’Ivoire qu’on n’hésite plus à s’afficher en public, comme ce fut le cas lors du meeting de soutien au président du Faso qui s’est tenu dimanche dernier à Abidjan.

Financé en partie par l’opérateur économique Issaka Sawadogo, Pca de la société STIB, et ex-argentier du CDP-CI, le meeting de soutien au président Roch Marc Christian Kaboré qui a été un franc- succès en termes de mobilisation, il faut le souligner, a enregistré la présence du Secrétaire Général de la section ivoirienne du CDP, El Hadj Dramane Sawadogo. Qu’est ce qui a bien pu obliger le premier responsable du parti d’Eddie Komboigo en Côte d’Ivoire à prendre part à ce rassemblement, où les sections ivoiriennes de l’UNDD, de l’UPCI, de la NAFA etc. étaient abonnées aux absents?

Si l’on peut comprendre à travers ses actes que Issaka Sawadogo a rallié le MPP, la présence de son petit frère Dramane Sawadogo, qui se trouve être encore le Secrétaire Général du CDP-Côte d’Ivoire, ainsi que plusieurs autres membres de son bureau à ce meeting, pose un véritable problème d’éthique, et de conviction politique.

En tout état de cause la situation est mal vécue par une bonne partie des militants de ce parti qui ne souhaitent pas voire cette duplicité passée sous silence. Mais à Abobo, à Port-Bouët, à Koumassi et à Treichville où le CDP compte de nombreux militants, la grogne reste encore sourde face à l’inaction d’Eddie Komboigo et du président d’honneur du parti, Blaise Compaoré. En vérité, la froideur avec laquelle Blaise Compaoré assiste à l’enchainement des évènements maintiendra encore longtemps le CDP dans l’opposition.

A l’ère où le vote moutonnier et le suivisme perdent du terrain face à l’activisme, à l’ingéniosité et à la force de l’argumentaire des prétendants au Graal, la prochaine entrée en jeu des Pro-Kadré Désiré Ouédraogo sur les bords de la lagune ébrié pourrait mettre à rude épreuve la fragile unité et la cohésion du CDP-Côte d’Ivoire.

A ce sujet, notons que l’ex-ministre burkinabè de la justice, Boureima Badini, établi désormais en Côte d’Ivoire, travaille dans la plus grande discrétion à donner à Kadré Désiré Ouédraogo, une belle représentativité dans la perspective de 2020.

Jean François FALL

Articles connexes

Leave a comment