Sankara Inoussa, SG du MPP-CI

Investigateur.net- Le 10 mai 2014, la Bourse du travail de Treichville abritait le premier congrès extraordinaire du Mouvement pour le peuple et le progrès (MPP) section Côte d’Ivoire. Une délégation au nombre de laquelle l’on notait l’ancien député et ministre Dieudonné Maurice Bonanet, arrivée deux jours auparavant, pour éclairer les militants et sympathisants du MPP à la fois sur les raisons de la rupture avec le Congrès pour la démocratie et le progrès (Cdp) et sur les idéologies du nouveau parti crée par Salif Diallo, Roch Marc Christian Kaboré et Simon Compaoré. La vaste salle qui sert de cadre à cette rencontre historique est presque pleine. Un exploit pour un parti perçut avec hostilité par le CDP-Côte d’Ivoire qui demeurait le plus influent. De cette rencontre, l’on pouvait retenir deux grandes décisions. La première étant la création de manière officielle de la section ivoirienne du Mpp et la seconde la latittude que la délégation avait laissée aux militants eux- mêmes de constituer un bureau consensuel. Les bases étant jetées. Faut-il le préciser, le président du Mouvement des jeunes de la diaspora burkinabè en Côte d’Ivoire, Désiré Yaméogo aura été le précurseur de la mise en place du parti de Roch en Côte d’Ivoire.

Dès février 2014, après la création du Mpp à Ouagadougou, Désiré Yaméogo se  met  à faire du porte-à-porte pour convaincre ses compatriotes que l’avenir politique du Burkina devrait être assuré par ce nouveau parti. Il parcourt les différents quartiers d’Abidjan, tient des réunions nocturnes, prend contact avec la presse et parvient à créer le premier noyau autour duquel il projette l’implantation du parti. On peut dire de ce jeune homme qu’il a été le premier militant convaincu du Mpp en Côte d’Ivoire. A preuve, Désiré Yaméogo a entrepris de démarcher des «poids lourds» de la communauté comme Moussa Douamba, ex-délégué au Conseil supérieur des Burkinabè de l’Etranger (CSBE) et président de l’Ong Faso Solidarité Côte d’Ivoire et aussi Bila Mamadi, ex- délégué Csbe. Très proche du Larlé Naaba, Bila Mamadi ne s’est pas fait prier pour rejoindre le parti de Roch.

  • Le clientélisme comme mode d’affirmation

Mais alors que la délégation donnait des conseils pratiques de la mise en place des structures du parti en préconisant que les jeunes, les femmes et tous ceux venus de l’intérieur s’organisent depuis leur quartier et leur commune, un homme va s’illustrer de manière ostentatoire à ce congrès. Après avoir sollicité et obtenu le micro, l’homme se présente comme étant Sankara Inoussa. Aussitôt, il annonce publiquement qu’il offre la somme de 1 million FCFA aux jeunes et aux femmes pour leur organisation. La table de séance accueille avec joie le geste militant de l’homme. Mais dans la salle, que de murmures et d’interrogations: qui est cet homme? Et quelle sont ses motivations? Surtout que, selon des indiscrétions, le séjour de la délégation a même été prise en charge à hauteur de près de huit cent mille par Sankara Inoussa. Le mystère ne mettra pas du temps à se dissiper. Lire la suite sur investigateur.net