– Mme Nassénéba Touré dans le viseur

Le suppléant du ministre Gaoussou Touré à l’Assemblée Nationale de Côte d’Ivoire, par ailleurs le vice président de cette institution, Yacouba Touré fait la politique autrement. Vous avez dit le « Vivre Ensemble » ? Voici comment il fait la politique à Odienné contre celle qu’il appelle le jour « sa sœur », et la nuit son pire ennemi politique. Découvrez-le dans ces deux conversations, de ce qu’il dit de la mairesse d’Odienné, Mme Nassénéba Touré. On peut le dire tout net, à Odienné, dans la région du Kabadougougou, le président Alassane Ouattara et la direction du Rassemblement des républicains (RDR) ont du travail à faire. Dénigrement, intoxication, « ôte-toi de là que je m’y mette »…sont des pratiques les mieux partagées en politique dans le grand nord, malheureusement.

Première conversation

« Mais si j’ai donné du riz aux gens de Gbagbo, ils doivent comprendre que c’était dans le cadre de mes activités. Tout le monde sait que j’ai été président des importateurs ivoiriens de riz…

Que voulez-vous qu’on fasse de Nassaba ?

…Je vous donne l’ordre de la détruire. Balancez tout ce que vous savez d’elle. Là-dessus, je vous donne des pistes. Même si vous avez des trucs sur son mari, n’hésitez pas. Pour le moment je n’ai pas d’informations qui puissent la déranger. Mettez plutôt en avant sa gestion opaque de la mairie d’Odienné. Revenez surtout sur les cas de détournement qu’elle fait au niveau de la mairie. Par exemple, elle fait prendre du carburant tous les jours. On note des montants de carburant pris dans une station qu’elle fait construire que la mairie finance. Leur livre-comptable indique 40 millions Fcfa de carburant, pour faire quoi à Odienné ? Si l’information est publiée, il faudrait me l’envoyer sur mon facebook. »

Deuxième conversation

« Devant sa belle-famille, elle est allée s’exposer à travers des injures. Mettant ainsi en évidence son éducation approximative. Elle-même voilà ce qu’elle vient faire à Abidjan. Au niveau du parti, dites qu’elle veut créer des problèmes en dressant les vieux et les chefs de canton contre Alassane Ouattara. Pourquoi ils ne vont pas fermer le bureau du Fpi. Qu’est-ce ces personnes ont à voir avec la gestion d’un parti ? Pourquoi demande-t-elle la fermeture du siège du Fpi aux vieux et chefs cantons qui ont le devoir de protéger tous les partis. Dernièrement une mission du Rdr s’est rendue à Odienné. Et contre toute attente, elle s’est rendue au siège où elle a changé le nom de plusieurs secrétaires contre le gré du secrétaire départemental commissionné par le parti. Pire, elle s’est autoproclamée commissaire politique du Rdr d’Odienné sous-préfecture. Ce sont des choses qu’il faut dénoncer, parce qu’ils vont créer des palabres inutiles à Odienné

Propos recueillis par Ephraïm Aboubacar

Encadré

Odienné a le blues : Des querelles de leadership minent la région

La capitale du Kabadougou renoue avec ses vieux démons. Le moins qu’on puisse affirmer depuis la visite d’Etat du Président Ouattara (qui fut un grand succès), la campagne du candidat Ouattara, elle, aura créé et ravivé des « lézardes » et des « clivages » traditionnels et des antagonismes.

La guerre des clans a repris de plus belle. C’est devenu pire que dans le feuilleton mythique Dallas où Jr et Sue Ellen jouent les premiers rôles. L’univers à Odienné est devenu impitoyable. L’avènement d’une Dame (du reste du sérail familial et politique (?)) donne lieu à un désordre politique tous azimuts. Ni Mme le Maire qui est le Premier Magistrat de la Commune, ni le député suppléant de Gaoussou Touré (devenu Ministre), ni le Ministre Gaoussou Touré lui-même et les autres cadres n’ont retenu la leçon des divisions antérieures et des guerres de clans qui ont suffisamment mis à mal la cohésion sociale locale et plombé pendant longtemps le développement d’Odienné.

L’avènement et la réélection du Président Ouattara est du pain béni pour Odienné ! C’est une chance pour montrer un visage, une démarche cohérente, une approche morale et philosophique participative et dynamique dans l’intérêt de la région. Helas ! Malheureusement, les « vieux démons » du « ôte-toi de là que je m’y mette » ont repris de plus belle leur cacophonie. Cible privilégiée : Mme le Maire. Combattue comme jamais. Autorité bafouée, misogynie et « machinisme » pour inhiber l’action de renouveau qu’elle a réussi à insuffler à Odienné sortie de sa léthargie endémique. Au lieu de l’applaudir, c’est une véritable « fronde » politico-clanique et sectaire qui saboterait son action. Le comble : des réunions se tiendraient dans la commune dont elle est la première magistrate, sans qu’elle en soit informée, à fortiori conviée.

Forcément, selon nos sources, les provocations ont fini par choquer les populations et les partisans de Mme le Maire qui, de guerre lasse, ont engagé la riposte. Du coup, c’est le branle-bas dans les délégations et les bases déjà suffisamment remontées contre la direction et les cadres qui, au lieu de se préoccuper du sort des populations (y compris les nombreuses insuffisances et difficultés du terroir), c’est Nassénéba qui est devenue la bête à abattre. Résultat : Odienné est de nouveau embourbé dans des querelles intestines. La cohésion sociale a fait long feu. On se bat à fleurets, mouchetés. Pendant ce temps, la région trinque pour des combats d’arrière-garde de leadership. Etre d’Odienné, c’est être originaire de tous les villages et sous-préfectures de la région. On n’appartient pas à une caste, un clan ou une tribu. Odienné doit dépasser toutes ces contingences et faire honneur à Ouattara.

Par Bamba Alex Souleymane

Source : La Gazette

 

Articles connexes

Leave a comment