@Informateur.info- Si la violence s’est estompée en Côte d’Ivoire ces derniers jours, le pays vit toujours une crise politique près d’une semaine après l’élection du 31 octobre 2020 qui a vu Alassane Ouattara l’emporter face à Kouadio Konan Bertin dit KKB.

Contestée par l’opposition dirigée par Henri Konan Bédié, cette victoire du chef de l’Etat est cependant sur la voie de s’imposer à ses adversaires. De fait, la parade trouvée par Henri Konan Bédié, à savoir la mise sur pied du Conseil national de Transition (CNT) n’a pas reçu l’assentiment des délégations européennes.

«Avec mes collègues, nous avons rencontré hier le Président du PDCI-RDA, Nous avons réitéré l’appel de la communauté internationale à revenir sur les déclarations concernant une transition et à renouer un dialogue entre acteurs politiques dans un cadre constitutionnel», a posté sur Twitter Jobst Von Kirchmann, ambassadeur de l’Union européenne en Côte d’Ivoire.

Ce communiqué qui sonne comme un désaveu n’est qu’un pan des difficultés de l’opposition ivoirienne. De fait, si les solutions ne se bousculent pas sur le plan diplomatique, en interne, elle peine à faire basculer le rapport de force en sa faveur.

Aucune grande mobilisation, Abidjan épargnée par les contestations…

Henri Konan Bédié et ses soutiens sont présentés par les hiérarques du RHDP comme des tigres en papier. L’opposition semble faire face à une véritable panne dans sa stratégie et donne l’impression de naviguer à vue face à un Alassane Ouattara bien accroché aux manettes de l’Etat.

Soumis à un blocus de sa résidence depuis quelques jours, le patron du PDCI-RDA voit donc sa marge de manœuvre se réduire considérablement.

Selon nos informations, l’opposition entend organiser des marches éclatées le 9 novembre prochain sur toute l’étendue du territoire national.
Cette autre annonce sera-t-elle suffisante pour faire plier Alassane Ouattara dont la victoire va très certainement être validée par le Conseil constitutionnel les prochains jours ? Difficile de penser que oui.

Steven IBRAHIM