PUBLICITE


@Informateur.info– Le meeting de soutien au président du Faso qui a connu un succès en termes de mobilisation de la diaspora burkinabè en Côte d’Ivoire, le 21 juillet dernier, au palais de la culture de Treichville, semble avoir laissé un goût amer à la section ivoirienne du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP-CI).

Le parti d’Eddie Komboigo qui sait qu’une inaction après un tel rassemblement, où des membres influents de son propre bureau politique ont fortement contribué au succès de la manifestation peut le desservir durablement, a pris l’option de répliquer.

En effet, selon nos informations, après plusieurs réunions d’une frange du bureau du CDP-CI, fort de 70 membres, l’idée d’organiser un meeting au lendemain de celui en hommage à Roch Marc Christian Kaboré a été arrêtée. Nos sources soutiennent même que ce meeting aura lieu ce mois d’août. Mieux, le thème concocté pourrait avoir un lien avec la réconciliation et le retour de Blaise Compaoré au Burkina Faso.

Si nos informations venaient à se confirmer, il y a fort à parier que la tâche ne soit pas facile pour les initiateurs. Ce, au moins pour deux raisons. Primo, le bureau politique doit des explications à ses militants sur l’attitude suicidaire pour le parti en Côte d’Ivoire des frères Sawadogo (Issaka et Dramane). Pourquoi ont-ils financé et mobilisé la diaspora au meeting en hommage à Roch Marc Christian Kaboré? C’est une exigence a minima et un devoir pour le Cdp-CI de faire la lumière sur cette affaire qui n’est pas sans incidence sur la mobilisation des militants. Ne pas le faire, c’est courir le risque de voir d’autres cadres reprendre à leur compte, demain, éventuellement, cette même démarche au motif : qu’ils l’auraient fait par patriotisme ou encore au nom des institutions.

A(re)lire UPC-Côte d’Ivoire : Frédéric Somda part, Michel Bambara arrive

Secundo, il ne faut pas se voiler la face, la question du financement de ce meeting annoncé pourrait être une double injure aux militants de ce parti ; qui n’auraient pas eu d’explication sur l’attitude des frères Sawadogo et qui s’entendront dire que le meeting a été financé par ces derniers. Puisqu’il y a 90% de chance que ce meeting annoncé soit financé ou par Issaka Sawadogo (qui voudrait voir là une aubaine de se racheter) ou par son petit frère Dramane Sawadogo (qui lui, voudra prouver sa démarcation de son aîné). Dans un cas comme dans un autre, ces deux apprentis politiciens joueront à fond la carte de l’opportunisme.

Mais à l’analyse, le CDP n’a pas besoin d’organiser un meeting juste pour répondre à un autre meeting. Puisque les initiateurs du meeting de soutien à Roch ne l’ont pas fait pour «narguer» le CDP mais pour consolider l’image du Président du Faso au sein de la diaspora. Quelle que soit la ruse utilisée pour appâter le public, l’objectif est d’assurer au leader du MPP une forte adhésion. Ce qui n’est pas négligeable pour 2020.

C’est pourquoi l’on comprendra difficilement que ce soit maintenant que le CDP- Côte d’Ivoire de souvienne qu’il doit organiser un meeting en faveur de la réconciliation et du retour de son président d’honneur, Blaise Compaoré. Visiblement, il y a quelque chose d’un peu tiré par les cheveux dans cette démarche. Car, à supposer même que ce parti réussisse la prouesse de mobiliser autant que le meeting à Roch, quel impact cet évènement aura finalement sur le fonctionnement actuel de son bureau et sur le militantisme de sa base?

Ce sont-là autant de questionnements qui devraient interpeller les premiers responsables du CDP-CI. Car s’il y a une chose dont la perte offre rarement de possibilité de reconquête, c’est bien la confiance. Or cette confiance, ce parti est sur le point de la perdre.

Jean François FALL

PUBLICITE


Articles connexes

Leave a comment