@Informateur.info- A la faveur de son premier meeting de campagne, à Bouaké (345 km au Centre-Nord ), Alassane Ouattara, candidat à un troisième mandat présidentiel contesté, a évoqué une éventuelle “extradition” de son ex-allié Guillaume Soro, ancien président de l’Assemblée nationale, en exil en France, pour “soutien au terrorisme “.

Selon le candidat du RHDP (parti au pouvoir), ” il y a un garçon irrespectueux, enivré par l’argent qui prétend depuis Paris m’ avoir installé au pouvoir grâce à la rébellion. Pourtant il ne savait même pas manier un simple revolver”, a déclaré le président Ouattara, parlant de Guillaume Soro, l’ex-chef rebelle.

“Il en aura pour son compte bientôt car nous allons demander à la France de l’extrader pour soutien au terrorisme. On mettra un terme à ses enfantillages”, a insisté M. Ouattara sans nommer le président de GPS.

Depuis le 23 décembre 2019, Guillaume Soro vise par un mandat d’arrêt international pour des faits de “tentative de déstabilisation des institutions, complot contre la sûreté de l’État…”, est en exil en France après son retour manqué en Côte d’Ivoire, au terme d’un séjour de six mois en Europe.

Charlène ADJOVI