@Informateur.info- Le président ivoirien, Alassane Ouattara, qui a annoncé,  devant le Congrès parlementaire, sa non-participation à l’élection présidentielle d’octobre 2020, occupe la Une des journaux quotidiens parus, vendredi, sur l’ensemble du territoire national.

Alassane Ouattara devant le Congrès, hier: “j’ai décidé de ne pas me présenter à la présidentielle 2020”, rapporte Fraternité Matin qui parle d’une journée “historique pleine d’émotions”. Ce qui fait écrire à Le Jour plus que “l’au revoir de Ouattara fait couler des larmes”. Plus lyrique, Le Patriote qualifie le chef de l’État ivoirien de “notre Mandela”, en référence à l’ex-président sud-africain. 

Pour Le Nouveau Réveil, “la persévérance de Bédié a eu raison de Ouattara” qui, explique ce journal,  “n’a fait que se conformer à  la Constitution”. “C’est un piège, le RHDP va mettre des gens dans la rue pour exiger qu’il (Ouattara) reste”, decrypte L’Intelligent d’Abidjan, attribuant ces propos à des “opposants et observateurs qui ne croient toujours pas à leurs yeux”.

Le Quotidien d’Abidjan croit savoir ” les dessous de la décision de Ouattara”, qui, “noyé, veut partir avec Bédié et Gbagbo”, ajoute le confrère. De son côté, Le Nouveau Courrier explique “pourquoi Ouattara jette l’éponge plus tôt”, mettant en exergue “les dessous de l’annonce d’un non-événement”. Attention, “il s’en va…”, prévient Aujourd’hui pour qui c’est “un gros de tonnerre” dans le ciel de Côte d’Ivoire. 

Selon L’Essor d’Abidjan, “Ouattara est rentré l’histoire de l’Afrique, hier”, après Nelson Mandela, donnant “sa leçon aux chefs d’États africains, Bédié et Gbagbo”. Ce qui fait dire à Le Sursaut que ” Ouattara met Gbagbo et Bédié dans l’embarras”. Pour L’Inter, “Ouattara +flingue+ ses adversaires et libère ses partisans”. Là où Le Matin évoque un “séisme politique”. Pour Le Temps, “Ouattara craque et jette l’éponge”, révélant “les pressions qui ont fait reculer” le président ivoirien.

Hier, à Yamoussoukro, Ouattara annonce sa non-candidature à la présidentielle : ” Des ministres dont Kandia, Myss Belmonde et autres pleurent à chaudes larmes”, affiche Soir Info. Pour Générations Nouvelles,  “Ouattara doit partir totalement”. Ouattara renonce à un 3è mandat : “Son camp pleure et accepte”, ironise Notre Voie.

Geneviève MADINA