PUBLICITE


Elu ce jeudi 05 avril 2018, président du Sénat de Côte d’Ivoire, pour Ahoussou Jeannot, parler de ‘’groupe parlementaire’’ avant la naissance des organes du sénat apparaît inapproprié et tendancieux.

Elu brillamment sénateur de la région du Bélier le 24 mars dernier, Ahoussou-Kouadio Kouadio Jeannot vient de bénéficier de la confiance de ses pairs. Il a été élu avec 65 voix de suffrage contre 66 votants, ce jeudi 05 avril à la Fondation Félix Houphouëte-Boigny pour la recherche de la paix, soit 99% de suffrages exprimés, a indiqué le président de séance, le doyen d’âge Touré Lanciné. Cette première séance inaugurale du Sénat en Côte d’Ivoire, s’est déroulée dans une ambiance bon enfant hier à Yamoussoukro, capitale politique ivoirienne, à l’instar d’un sénateur souffrant, mais excusé avec un mandat remis à l’un des leurs. «C’est pour moi un insigne honneur et une grande fierté de prendre la parole devant vous au moment où vous venez de placer votre confiance en moi pour présider aux destinées de notre auguste assemblée à l’occasion de cette session qui a été consacrée à l’élection du tout premier Président du Sénat Ivoirien». Les premiers mots du président du Sénat élu, Ahoussou Jeannot ont été ceux des remerciements à l’endroit du président Alassane Ouattara, du président Henri Konan Bédié et de tous ceux qui se sont impliqués dans la mise en place de cette institution. « C’est donc avec une très grande émotion et une détermination certaine que j’endosse ces nouvelles responsabilités au service de notre prestigieuse institution et de la démocratie en Côte d’Ivoire», a-t-il souligné. En cette circonstance historique, dit-il, «je voudrais, avant tout propos, adresser mes sincères remerciements au Président de séance, Monsieur Touré Lanciné, notre doyen d’âge à tous, ainsi qu’aux membres du bureau d’âge, pour la dextérité et la grande sagesse avec lesquelles nos travaux ont été conduits». Aux sénateurs qui l’ont porté à la tête de cette prestigieuse institution, le tout nouveau président de cette institution bicamérale a noté qu’il perçoit, à travers leur vote, et au-delà de sa personne, une ardente volonté de faire de cette Institution, une grande famille unie et solidaire autour de nos valeurs de fraternité, de paix au service de la démocratie pour le rayonnement de notre beau pays, la Côte d’Ivoire. Aussi, ces élections constituent-elles pour lui, également un sacre de l’instauration du bicaméralisme au sein de notre parlement. Ajoutant qu’elles confèrent à la nouvelle institution, aux côtés de l’Assemblée nationale, l’exaltant privilège du vote des Lois de la République, du contrôle de l’action gouvernementale et de l’évaluation des politiques publiques. Aussi, Elles imposent à tous, davantage de devoirs, notamment celui d’écrire, avec générosité, rigueur et compétences des lois qui intègrent harmonieusement les nombreuses attentes de nos concitoyens en général. Et particulièrement des collectivités décentralisées et des Ivoiriens de l’extérieur qui constituent des maillons essentiels pour la poursuite de la marche victorieuse contre la pauvreté et les disparités régionales. Selon lui, avec cette session inaugurale s’achève le temps des élections et s’ouvre pour notre Institution le temps du travail acharné pour faire prendre au Senat toute sa place dans l’architecture institutionnelle de notre pays. A l’en croire, dans cette perspective, ils auront à travailler ensemble pour préciser davantage la place de la nouvelle Institution dans le jeu démocratique et dans la conduite des actions de développement de notre pays. Emanation des collectivités décentralisées, dit-il, cette Institution doit, par sa proximité avec les territoires, savoir capter leurs aspirations profondes pour les faire prendre en compte dans la finalisation des lois soumises à son examen. Ainsi, poursuit le président, à très court terme, et cela dès le 13 avril 2018, sera mis sur pied un comité ad’hoc pour préparer la proposition de loi organique relative au règlement du sénat. Ajoutant que c’est cette loi qui va régir le fonctionnement du sénat. Avant d’adopter une résolution qui va permettre de composer à minima le bureau. Pour lui, alors même qu’ils sont entrain de préparer la mise en place d’une organisation cohérente pour le bon fonctionnement de notre institution, il trouve que parler de ‘’groupe parlementaire’’ avant la naissance des organes du sénat apparaît inapproprié et tendancieux. Car, le Sénat veut être le Sénat et la sagesse, et la qualité des personnalités qui le composent, commandent que ces personnalités soient extrêmement jalouses de leur liberté. Égrenant les grands chantiers à accomplir, il a révélé que les sénateurs auront à conduire ensemble au cours des prochains mois ‘’l’organisation d’un séminaire d’information et de formation, afin de permettre aux Sénateurs que nous sommes de nous approprier les missions qui sont les nôtres. Il s’agira également de mettre en place les outils et instruments devant concourir à une plus grande efficacité dans notre action, à savoir : l’élaboration d’un programme de travail, afin de bien circonscrire le champ de nos actions en précisant leur impact souhaité, au regard des grand enjeux de développement auxquels notre pays doit faire face ; le renforcement de la coopération parlementaire, en nous instruisant de l’expérience d’Institutions similaires aussi bien en Afrique que dans le monde, à l’effet de renforcer notre position dans le concert des Parlements du monde’’. Selon le nouveau président du Sénat, un point d’honneur sera mis sur le renforcement du cadre de travail avec l’Assemblée Nationale de Côte d’Ivoire, l’ainée, afin de rechercher les synergies nécessaires à la bonne conduite du travail parlementaire, qui doit désormais s’appréhender sous le prisme du bicaméralisme.

Armand Koffi

Correspondant Régional

PUBLICITE


Articles connexes

Leave a comment