@informateur.info- Le Comité national de Surveillance des Actions de lutte contre la traite, l’exploitation et le travail des enfants (CNS) et le Comité interministériel ont initié du mardi à ce mercredi 8 septembre une campagne de sensibilisation sur le travail des enfants dans la région de l’Agneby-Tiassa.

La rencontre de sensibilisation des producteurs et des enfants, mobilisés à l’occasion par la Société coopérative ivoirienne de négoce des produits agricoles (Scinpa), s’est tenue à la salle des fêtes d’Agboville.

Selon Mme Sylvie Patricia Yao, directeur de cabinet de la première Dame et Secrétaire exécutive du CNS, la lutte contre le travail des enfants se mène en Côte d’Ivoire sur 4 axes. “La prévention, la protection, la poursuite et les répressions des trafiquants et la coordination des actions”, a t-elle indiqué. Avant de faire un bilan succinct des actions menées jusqu’ici. A ce titre, Patricia dira que: ” le CNS a procédé au renforcement des capacités di corps préfectoral, des journalistes des forces de sécurité et des artistes”. En termes de chiffre, la Secrétaire exécutive du CNS a déclaré qu’à ce jour ” 8000 enfants ont été retirés des griffes de la maltraitance grâce aux numéros verts mis en place par le ministère de la famille, de la femme et de l’enfant. De même plus de 4000 écoles ont été construites grâce à l’aide des partenaires”.

Patricia Yao s’est apesantie sur les travaux interdits et ceux autorisés aux enfants. “Du moment où un enfant exerce un travail qui peut nuire à sa santé, à son education voire sa croissance est un travail dangereux. Les travaux dans les mines et carrières sont interdits. Le cabossage du Cacao, l’usage des machettes, et le port des charges lourdes sont également interdits”, a t-elle énuméré. Précisant que la liste est bien longue et qu’un livret a été produit dans le cadre de la sensibilisation.

“Beaucoup d’actions sont menées et seront renforcées mais nous sollicitons l’engagement et l’implication des parents. C’est le message que la 1ère Dame nous a chargés de passer”, a t-elle conclu.

Bien avant l’intervention de la directrice de cabinet de la 1ère Dame, le préfet de région de l’Agneby-Tiassa, Coulibaly Sinhindou, a rassuré ses hôtes de l’engagement des populations à ses côtés dans la lutte contre le travail des enfants. ” Chez nous ici, tous nous sommes tous unanime que la place des enfants c’est à l’école”, a t-il fait remarquer.

Alfred SIRIMA, envoyé spécial