PUBLICITE


Longuement critiqué pour son silence vis-à-vis du débat démocratique en cours au sein de la diaspora sur le nouveau code électoral, le MPP-Côte d’Ivoire a animé, ce lundi 12 août, une conférence de presse. Informateur.info vous proposons, ci-dessous, la déclaration liminaire de son Secrétaire Général Inoussa Sankara.

Mesdames et Messieurs les journalistes, nous vous remercions d’avoir répondu nombreux à notre invitation de cette conférence de presse qui va permettre au MPP-CI de donner sa lecture sur la loi du nouveau code électoral.
Pour la toute première fois, le Président Roch Marc Christian KABORE offre la possibilité de vote aux Burkinabé de l’Extérieur.
Dans le souci de la recherche du consensus par le Chef de l’Etat, le MPP au même titre que les autres partis politique a participé aux concertations qui ont abouti à l’adoption par les députés de la loi électorale.
Le débat sur l’utilisation de la carte consulaire a été rendu passionné de manière disproportionné par rapport à la clairvoyance qui devrait l’alimenter. Cette passion a occulté le vrai questionnement qui devrait conduire à une concertation franche et républicaine sur la pertinence ou non de son usage dans les opérations électorales.
Les organisations internationales comme le PNUD, l’OIF, l’Union Européenne entre autre, avaient fortement recommandé l’utilisation d’un document unique, dans le rapport d’évaluation des élections de 2015 au Burkina faso.

Il faut aussi retenir qu’à l’occasion de l’atelier de capitalisation tenue après les élections de 2015, les partis politiques et tous les acteurs de la société civile du Burkina Faso avaient souhaité la réduction des documents de vote pour la transparence et la fiabilité des opérations électorales. Par conséquent, ils avaient proposé la CNIB comme unique document de vote.Le gouvernement soucieux de l’élargissement de l’électorat a rajouté le passeport à la CNIB comme pièces de votation.

Pour ce faire, le MPP salue cette mesure qui constitue une avancée importante de notre processus démocratique en ce qu’elle assure la transparence, l’égalité citoyenne, et la simplification du vote.
Nous dénonçons les attitudes de rejet l’opposition politique et leur affilié d’OSC des dispositions du code électoral.
Ces partis politiques procèdent par la manipulation, la désinformation pour créer des crises pré et post-électorale.
Devant ces attitudes anti-démocratiques, anti-républicaines grosse de danger pour la cohésion sociale, nous invitons les Burkinabé de Côte d’Ivoire à rester serein et vigilant.
La loi s’applique à tous les citoyens de la même manière. Dura lex, sed lex.

Le MPP lance un appel à l’ensemble des Burkinabé de l’Étranger particulièrement ceux de la Côte d’Ivoire à se mobiliser pour défendre leur acquis démocratiques.
L’unicité de la loi fait obligation de l’appliquer à tous les citoyens burkinabé de la même manière, en respect des dispositions de la constitution qui dans son article1 stipule que tous les burkinabé naissent libre et égaux en droit et en devoir.
Je vous remercie et nous nous prêtons à vos questions

Fait à Abidjan le 12 Août 2018

SANKARA Inoussa
Secrétaire Général MPP Section Côte d’Ivoire.

 

PUBLICITE


Articles connexes

Leave a comment