@Informateur.info- Les délégués consulaires ne sont pas contents du traitement à eux infligés par l’opérateur Snedai commis pour la confection des cartes consulaires burkinabè qu’ils accusent de ne pas respecter le cahier des charges de cette operation d’enrôlement.

Dans un point-presse tenu, lundi, devant le Consulat général du Burkina Faso à Abidjan-Plateau, le Délégué consulaire d’Azaguié, Bourahima Kaboré, Secrétaire général de la Coordination des délégués, a relevé “les difficultés et humiliations voire le mépris total dans le processus d’établissement de la carte consulaire burkinabè de la part de la société concessionnaire qu’est Snedai”.

En dépit de leurs incessants appels pour “une amélioration de la qualité du service, les choses ne font que s’empirer avec notamment la rallonge du délai de délivrance de la carte qui est passé d’une semaine à un mois voire plus”, a denoncé M. Kaboré entouré de membres de la coordination. Une situation devenue “intenable” dont souffrent ” non seulement les délégués consulaires mais aussi l’ensemble de la communauté “, a-t-il poursuivi.

Ces difficultés, a précisé Bourahima Kaboré, resultent du ” non-respect du cahier des charges de l’opérateur Snedai”. Pourtant, a-t-il ajouté, “nous avons adressé plusieurs correspondances à la société Snedai avec ampliation à nos différentes autorités notamment l’ambassade et le Consulat général sans succès”.

Face donc à ce “mepris souverain”, les délégués consulaires entendent marquer un arrêt des enrôlements dans leurs différentes localités à compter de ce lundi jusqu’à nouvel ordre si “les revendications ci-dessous ne sont pas satisfaites”.

Il s’agit de ” la délivrance de toutes les cartes consulaires en instance de production et en souffrance depuis 2019 à ce jour, de l’efficacité opérationnelle et technique des agents et du matériel d’enrôlement, notamment le manque de réseau constant qui freine tous le processus, et la vétusté des appareils, de la production et la délivrance des cartes en trois (3) jours dans les consulats généraux et une semaine en itinérance, de la révision et le respect des engagements verbaux, et écrits pris avant le lancement de la carte en 2013 à l’endroit des Délégués et de la revalorisation des primes et le paiement mensuel des promes d’enrôlement”, a cité M.Kaboré.

En outre, “nous exigeons dans l’immédiat une rencontre avec le premier responsable de la structure Snedai”, a conclu le délégué consulaire d’Azaguié.

Geneviève MADINA