@informateur.info- Dans la nuit du lundi au mardi, des jeunes soldats burkinabè et des civils se sont affrontés dans la ville de Pô, dans la région Centre-Sud, faisant 11 blessés graves dont l’un dans le coma, rapportent des sources médiatiques locales.

À l’orgine de ces violences, racontent ces sources, une histoire de femme. “Une jeune dame qui travaille dans une station d’essence de la ville de Pô attendant son mari devant la boutique de ce dernier pour son anniversaire, a été approchée par un soldat qui voulait la draguer. Mais les frères du mari de la dame ont informé le courtisan qu’elle était mariée”, confie un témoin à Oméga Médias, une presse locale.

Mais le soldat dragueur en a cure. “Il a dit qu’il s’en foutait. C’est là que le frère du mari de la femme l’a envoyé au sol”, poursuit le témoin.

Il n’en faut pas plus pour que les soldats organisent une descente musclée sur les lieux pour laver l’affront subi par leur camarade.

Les jeunes soldats ont mis la ville de Pô sens dessus dessous, bastionnant toute âme sur leur passage. Sans distinction. Le procureur, des gendarmes et des policiers qui étaient dans la zone ont, également, été violentés par de jeunes soldats furieux, ajoutent les sources citées par le média burkinabè.

Le bilan des affrontements est de 11 personnes blessées dont plusieurs grièvement parmi lesquels, le mari de la femme qui serait dans le coma. Ce mardi, les populations réclament le départ de tous les militaires de Pô.

Alfred SIRIMA
avec Oméga Médias