«Chers compatriotes, l’heure est grave». C’est par ces propos que Abraham Badolo, président de l’Alliance pour la défense de la patrie (ADP), a interpelé le peuple burkinabè sur les attaques terroristes qui frappent depuis un certain temps le Burkina-Faso. C’était lors d’une conférence de presse, tenue mardi 28 mars 2018, au Centre National de Presse Norbert Zongo (CNP/NZ), à Ouagadougou.
Le président de l’Alliance pour la défense de la patrie, déplore par ailleurs que «le Burkina Faso soit plus que jamais à la croisée des chemins; où le seuil de l’insécurité a atteint le niveau le plus inquiétant». Dressant un bilan des attaques terroristes survenues depuis l’avènement du président Roch Marc Kaboré, à la tête du Burkina, Abraham Badolo dit en avoir rélévé «plus de 80 attaques”. Et d’ajouter: “Malheureusement, il est à noter un bilan humain triste et lourd, plus de 133 morts».
Revenant sur la mort des deux agents des eaux et forêts tués, le lundi 26 mars 2018, lors d’une attaque dans une ville de l’intérieur du pays, Abraham Badolo, a accusé le gouvernement pour son ‘’inefficacité’’ à mettre un terme à l’insécurité dans le pays. «Cette énième mort de trop de citoyens Burkinabè vient prouver à souhait, l’inefficacité de la réponse apportée par le gouvernement Paul Kaba Thieba à la situation généralisée d’insécurité et de terrorismes sur notre territoire national», a indiqué le président de l’ADP. Avant de poursuivre: «loin d’amuser la galerie et de faire acte de cynisme pendant que la mère patrie est en guerre contre le terrorisme, ce triste et lourd bilan de pertes en vie humaine vient interpeller au plus haut niveau le Président Roch Mar Christian Kaboré sur son manquement à la parole donnée d’assurer la sécurité des Burkinabè et des amis de notre pays résident sur le territoire national”.

Georges Kouamé

Articles connexes

Leave a comment