@Informateur.info- Permettre aux nouveaux bacheliers d’opérer des choix  d’études adéquates. C’est le sens de la journée d’information sur l’orientation universitaire initiée, jeudi 5 août dernier à la salle de la Mission Cathédrale de Pouytenga, par l’association Agissons pour nos villages (AGV) en faveur des futurs étudiants de cette province.

Deuxième du genre, cette rencontre parrainée par M. Bruno Dipama, directeur général de l’Agence d’appui au Développement des Collectivités Territoriales et Mme Asséta Oubda, Pca de SITRAC, s’est déroulée en collaboration avec le Centre national d’information, d’orientation scolaire et professionnelle, et des Bourses (CIOSPB).  

A l’occasion de cette journée, l’expert du CIOSPB, Ousmane Masimbo, s’est appesanti sur les préoccupations légitimes des nouveaux bacheliers quant à l’offre de formations mais surtout des perspectives ultérieures que ces formations leur ouvrent dans la vie active. Des informations aussi bien techniques que pratiques ont été dispensées aux futurs étudiants sous l’œil approbateur du directeur exécutif de AGV, Sadate Bikienga.

Les nouveaux bacheliers ont également eu droit aux encouragements du parrain qui leur a surtout prodigué des conseils. «Soyez des modèles et acceptez de payer le prix de la réussite aujourd’hui pour profiter de ses retombées demain. Soyez des hommes et des femmes de vision et travaillez dur pour y arriver. Car vous êtes appelés à prendre la relève demain», a lancé Bruno Diapama à ses filleuls.

La marraine, Asséta Oubda ne dit pas autre chose. Elle a exhorté les futurs étudiants à plus d’abnégation «car c’est une nouvelle page de leur vie qui s’écrit dès l’obtention du BAC». Fondatrice et dirigeante d’entreprise, elle n’a pas manqué d’appeler les nouveaux bacheliers à songer dès maintenant à l’entrepreneuriat, l’Etat ne pouvant pas employer tout le monde.

Plusieurs personnalités dont le maire de Pouytenga, présentes, à cette 2éme édition de la journée d’information sur l’orientation universitaire ont eu des mots d’encouragement à l’endroit des jeunes bacheliers.

Alfred SIRIMA