Dô Pascal Sessouma, président du parti "Vision Burkina"

@Informateur.info- Le journaliste Dô Pascal Sessouma, l’un des présentateurs vedettes de la télévision nationale des années du 20è siècle qui a présenté, samedi, son parti politique, Vision Burkina, entend supprimer l’armée, “budgétivore”, selon lui, si son parti arrive au pouvoir.

Pour l’ancien présentateur télé, “les armes ne construisent pas la paix” et qu’”un pays pauvre ne peut se payer le luxe de faire la guerre”, rappelant ce qu’est devenu le Burkina Faso ” en 5 ans de tâtonnement avec 800 morts, des blessés par centaines et un million de déplacés internes”.

“Quand vous allez chez le médecin plusieurs fois pour des maux de tête et qu’il n’arrive pas à vous soigner, il n’y a qu’une seule solution, changer de médecin. Le Burkina Faso est malade et a besoin urgemment d’un nouveau médecin”, a dit  Dô Pascal, se convainquant que ce médecin capable de soigner le pays malade, c’est lui et Vision Burkina.

Le président Dô Pascal Sessouma et Vision Burkina arrivent sur l’échiquier politique burkinabé avec une idéologie pacifiste. “C’est une idéologie nouvelle au Burkina Faso. Il faut proposer et les populations décideront. Quand on est pauvre et que les populations manquent d’eau même, vous allez prendre 200 milliards pour l’armée, du matériel de guerre, alors que cela peut servir à autre chose, eau santé, éducation?”, interroge le leader du dernier né des partis politique au Burkina, annonçant la suppression du ministère de la défense si son parti accède au pouvoir.

“Les armes n’ont jamais été la solution pour construire la Paix (…) L’Amérique avec ses bombes n’a pas pu vaincre les Vietkongs au Vietnam, ils ont dû procéder par des négociations pour arrêter la guerre. Cela veut dire qu’il n’est pas interdit de négocier même avec un ennemi”, a-t-il expliqué pour justifier que  “les armes seules ne peuvent pas servir la cause de la paix”.

Concernant le terrorisme qui endeuille le pays, le journaliste a fait remarquer que la solution immédiate de cette guerre asymétrique ne se trouve pas en Afrique, encore moins en Europe. “Elle se trouve au Proche et Moyen Orient et le Parti Vision Burkina engagera des négociations avec qui de droit pour arrêter cette guerre”, a indiqué M. Dô.

“Une fois le terrorisme vaincu  Vision Burkina commencera une réforme en profondeur de l’armée qui pourra aboutir à terme, à la démilitarisation du Burkina Faso. A moyen et à long terme, il n’y aura plus de recrutement de militaires, par conséquent, il n’y aura plus d’armée au sens conventionnel du terme. En clair notre ambition est de faire du Burkina Faso, un pays neutre pacifiste, renonçant définitivement à la guerre comme moyen de règlement de conflit. Il y a 25 pays dans le monde qui n’ont pas d’armée, et ils n’ont jamais été attaqués », a-t-il insisté.

Pour faire du Burkina Faso un pays pacifiste, Vision Burkina qui se réclame de l’opposition et dont le président Dô Pascal Sessouma sera investi le 4 juillet prochain à Bobo Dioulasso, candidat du parti pour la présidentielle de novembre 2020, entend doter le pays d’une nouvelle constitution s’il accède au pouvoir. 

Alfred SIRIMA
Avec Lefaso.net

Encadré

Les 7 engagements de Vision Burkina 

-Le rétablissement de la paix et de la sécurité sur l’ensemble du territoire et la démilitarisation du Burkina Faso.
-La réorganisation du pouvoir d’Etat (rotation du pouvoir par zone géographique du Burkina Faso)
-La réforme totale de l’appareil judiciaire
-La refondation de l’administration publique
-Le refus absolu de la corruption
-La déconcentration de la gouvernance d’Etat
-La reconnaissance et l’encadrement de la chefferie coutumière traditionnelle.