@Informateur.info- Au Burkina Faso les incendies de véhicules de transport de marchandises et de passagers deviennent de plus en plus fréquents et inquiétants ces derniers mois. En effet entre le 16 septembre 2020 et le 12 janvier 2021, 7 camions de transport de marchandises ou de transport de passagers qui ont pris feu en pleine circulation.

Ce qui reste du camion après l’explosion du 7 janvier dernier

De fait, ce mardi 12 Janvier 2021 aux environs de 17h00, un camion transportant des bouteilles de gaz butane a pris feu dans le village de Rom dans la localité de Gourcy. Si l’intervention rapide de la Brigade des Sapeurs-pompiers a permis d’éviter l’explosion des bouteilles de gaz, l’incendie a tout de même  fait un blessé et des dégâts matériels.

Une semaine avant, précisément le  jeudi 7 janvier dans la nuit, un autre camion-remorque transportant des centaines de  bouteilles de  gaz butane explosait dans les environs de Bérégadougou dans la région des cascades. Fort heureusement, l’explosion n’a fait qu’un léger blessé mais le véhicule a été littéralement calciné.

Le 12 octobre 2020, un car de transport de passagers de 51 places prend feu en pleine circulation à 35 km de Ouagadougou sans faire de victime. Là aussi le car a été totalement calciné.

Le 14 novembre un camion transportant du carburant s’est enflammé à Sapaga, non loin de Koupéla. Aucune perte en vie humaine, seul le camion et son contenu sont partis en fumée. Le 16 septembre 2020, un incendie du même type avait été enregistré dans le village de Kougri dans la même province de Zorgho. Le camion transportait également des fûts d’essence.

Le 27 novembre 2020 un camion transportant des produits chimiques, précisément des engrais prenait feu dans le village de Wayen dans la province de Zorgho à 65 km de Ouagadougou. L’on avait juste déploré des dégâts matériels dans cet incendie.

Et la série noire s’est poursuivie le 28 novembre 2020 avec l’explosion d’un autre car de transport faisant 5 morts dont un bébé et 14 blessés sur la route Ouaga-Koudougou. Les Sapeurs-pompiers ont expliqué, à l’occasion, que ce sont des bouteilles de gaz butane dans les coffres à bagages qui seraient à l’origine de l’explosion.

Alors que ces camions explosaient ou prenaient feu, les accidents de la circulation se poursuivaient, amplifiant l’insécurité routière au Burkina Faso. Ce qui questionne la responsabilité des autorités. Les dispositions et mesures  réglementaires dans le transport, notamment en matière des produits dangereux sont –elles respectées. Si non que fait le ministère des transports quand on sait que des vies sont en jeu?

Alfred SIRIMA