PUBLICITE


Plus de 400 personnalités, venues de différents pays se sont réunies du 15 au 17 janvier 2018, à Ouagadougou, pour la conférence sur la «Gouvernance, démocratie et affaires». D’importantes décisions politiques, économiques et sécuritaires ont été prises, au cours de cette conférence panafricaine, qui a duré plus de 48 heures dans la capitale burkinabè.

A l’issue de cette conférence,  une  déclaration dite de Ouagadougou, a vu le jour. Ce document comportant six points,  prône la gouvernance collaborative, la lutte contre les menaces terroristes, l’inclusion économique, la gouvernance politique, etc. Dans cette déclaration, les participants reconnaissent le droit des peuples à prendre en charge leur propre destin dans le cadre des institutions démocratiques et inclusives. Ils reconnaissent également qu’une meilleure gouvernance est ‘’le garant de la liberté’’ de chaque citoyen, ce qui est indispensable au développement économique et social; de la croissance économique, la sécurité et la stabilité politique d’un pays.

En outre, les participants encouragent dans la ‘’Déclaration de Ouagadougou’’, «la mise en place d’économies de marché performantes afin de garantir une croissance économique durable», a déclaré la conseillère à la Présidence du Sénégal Penda Mbow, faisant la lecture de ladite déclaration. Avant d’ajouter, «Nous lançons un appel aux pouvoirs publics, aux entreprises, au monde du travail et à la société civile à œuvrer ensemble pour assurer la promotion ou, le cas échéant, l’avènement de la bonne gouvernance et de la démocratie pour des sociétés plus justes, pacifiques et inclusives», a-t-elle poursuivi.

La «Déclaration de Ouagadougou», sera présentée au cours du mois de mai prochain à la conférence annuelle du mouvement mondial pour la démocratie (MMD), prévue à Dakar, la capitale sénégalaise.

Georges Kouamé

 

PUBLICITE


Articles connexes

Leave a comment