@Informateur.info- Les groupes djihadistes qui écument le Nord du Burkina Faso, ces 4 dernières années, viennent encore de faire parler d’eux. Samedi 28 septembre 2019, ils ont à nouveau fait couler sang et larmes.

Cette fois, ce sont au moins 17 familles qui pleurent des proches tombés dans 2 attaques terroristes. C’est à Komsilga – village de la commune de Zimtenga – que la frappe survenue dans la matinée a fait plus de victimes civiles décédées.

Le bilan de 9 morts s’est alourdi en passant à 10 après que le corps d’une personne portée disparue ait été retrouvé, en fin d’après-midi. Au même moment, Dénéon à 15 km de Kongoussi, province du Bam, Région du Centre-Nord du pays, était attaqué.

Dans ce village de la commune de Zimtenga, le bilan provisoire faisait état d’au moins 7 morts parmi les habitants. Soit un total d’au moins 17 civils froidement tués lors des deux assauts djihadistes du week-end particulièrement meurtrier pour le pays des hommes intègres.

Longtemps épargné, le Faso est en proie depuis la gouvernance Roch Kaboré à une multiplicité d’attentats à relent djihadiste. Le pouvoir peine toujours à y mettre fin.

Alfred SIRIMA

Correspondant Informateur.info

Articles connexes

Leave a comment