@Informateur.info- A compter de ce samedi 1er août 2020 et ce jusqu’au 30 septembre prochain, les Burkinabè qui voudront visiter les sites touristiques et séjourner dans les réceptifs hôteliers dans les 13 régions du pays bénéficieront de 25% de réduction des tarifs. Cette mesure précise durant la période des vacances scolaires par le ministère de la culture, des arts et du tourisme, en collaboration avec l’Association professionnelle des hôteliers et restaurateurs du Burkina (APHRB), vise à booster le tourisme interne.

Jeudi dernier, les acteurs de ce secteur étaient face à la presse pour annoncer cette mesure qui est, en réalité, à sa troisième année consécutive. «Notre objectif, c’est que les Burkinabè eux-mêmes visitent les sites touristiques et fréquentent les établissements touristiques d’hébergement (ETH). Et nous espérons que durant cette période ces sites seront pris d’assaut par les nationaux», a indiqué Samuel Garané, Conseiller technique, au ministère du Tourisme. Et d’ajouter : «Durant cette période de vacances, tout national qui va séjourner dans un établissement touristique d’hébergement dont la liste sera disponible sur les sites du ministère et du Service d’information du gouvernement (SIG) va bénéficier de cette réduction».

Faut-il le rappeler, le secteur touristique burkinabè connait depuis quelques années une désaffection liée au terrorisme. A cela est venu s’ajouter le Coronavirus et les mesures restrictives induites. Ce qui inflige aux acteurs du secteur un véritable manque à gagner.

«Les touristes étrangers ne viennent plus au pays et dans ce cas, toutes les structures qui s’étaient préparées pour ne vivre que de cela se retrouvent sur le gazon. Les hôteliers, les restaurateurs, les agences de voyages et bien d’autres sont entrain de se tourner les pouces», dira Nelson Congo, directeur de l’office national du tourisme burkinabè.

Le gouvernement burkinabè a aussi décidé que les vacances gouvernementales se tiendront, cette année, à l’intérieur du Burkina Faso. Une décision qui réjouit, Célestin Zoungrana, président l’Association professionnelle des hôteliers et restaurateurs du Burkina. Ce dernier estime que le secteur pourrait tirer profit de cette décision.

Alfred SIRIMA