Investigateur.net- Trois jours après l’attaque meurtrière perpétrée contre un véhicule de transport en commun  qui a coûté  la vie à Kader Sawadogo, commerçant de son état, dans le nord du Burkina Faso, c’est avec appréhension que la population emprunte désormais les routes. Cette attaque, survenue, samedi dernier, autour de 16 heures dans les environs du village de Gasse Gallo à quelques kilomètres de la frontière du Burkina avec le Mali a vu emporter plus d’une dizaine de millions FCFA, au moins 3 motos, et un camion de 10 tonnes mitraillé à la kalachnikov. Selon une source sécuritaire, joint par investigateur.net, les assaillants étaient au nombre de six et disposaient chacun d’une kalache. Selon ce dernier qui a requis l’anonymat, les malfrats sont passés de l’autre côté de la frontière avec leur butin après l’attaque. «C’est une attaque qui a été planifiée avec des moyens conséquents selon les premiers constats », rapporte notre source sécuritaire.

Cette attaque a, certes, retenu un tant soit peu l’attention de la hiérarchie militaire et même valu le survol de la zone par un hélicoptère de l’armée dans la matinée du 14 février dernier, mais c’était en quelque sorte comme l’intervention d’un médecin après la mort. Lire la suite sur Investigateur.net