@Informateur.info- En prélude au dialogue politique du Burkina Faso, qui démarre le 28 avril prochain, le chef de file de l’opposition (CFOP) a animé une conférence de presse ce jeudi 25 avril 2019 à Ouagadougou. Il s’est prononcé sur les préalables de sa participation à cette rencontre.

Le chef de file de l’opposition burkinabè, est disposé à prendre part au dialogue politique initié par le gouvernement sous l’égide du président Roch Kaboré, mais pas à tout prix. Pour Zéphirin Diabré, président du CFOP «Une rencontre aussi importante, en pleine crise, doit être encadrée par un texte», a-t-il déclaré. Car, selon lui, pour faire de ce dialogue un succès à la hauteur des attentes des Burkinabè, et surtout pour que le dialogue ait un impact positif dans le quotidien des citoyens, ce dialogue doit disposer d’un cadre règlementaire.

Abordant la seconde condition pour une participation effective de sa plateforme, le conférencier dira qu’elle est relative aux modalités de mise en œuvre et de suivi des décisions qui seront issues de ce dialogue. Et d’expliquer que sans ces deux conditions, le dialogue ne sera qu’un outil de marketing politique, une mise en scène orchestrée par le chef de l’Etat, pour montrer aux yeux des Burkinabè et du monde qu’il dialogue avec l’opposition. Et d’ajouter «La crise que traverse notre pays est si grave qu’il faut mettre tout le sérieux dans le dialogue annoncé».

Yannick KOBO