@Informateur- Le Burkina Faso a enregistré, mercredi, veille de la 61é anniversaire de la fête de l’indépendance, une trentaine de morts dans une attaque de groupes terroristes dans plusieurs villages de la province de l’Oudalan. Le bilan dressé par le ministère délégué de la Défense nationale et des Anciens Combattants évoque 11 civils tués, 15 militaires et 4 Volontaires pour la Défense de la Patrie (VDP) décédés.

Selon le communiqué rendu publique «les populations des villages de Dambam, de Gudba et de Tokabangou, localités situés à 11 km de Markoye dans la province de l’Oudalan ont été la cible d’une attaque terroriste de groupes armés terroriste ayant entrainé la mort de 11 civiles, du bétail emporté et des concessions incendiées».

Cette attaque a fait réagir aussitôt  une unité du détachement militaire de Markoye appuyé par des VDP qui s’est déployée dans la zone en vue de  sécuriser les populations. Malheureusement, au cours des opérations, «l’unité a été prise pour cible à partir de 16 heures dans les environs du village de Tokabangou», indique le communiqué qui précise que ces opérations ont également été fatales à «plus d’une dizaine de terroriste qui ont été neutralisés».

C’est la première attaque d’envergure depuis la nomination d’un ministre délégué chargé de la Défense nationale. En l’occurrence le Colonel Aimé Barthelemy Simporé.

Alfred SIRIMA