@Informateur.info- Encore une attaque meurtrière au Burkina Faso. Avec son lot de consternation et d’indignation. Cette fois, ce sont au moins de 20 personnes qui ont perdu la vie dans l’attaque d’un site d’orpaillage dans la région du Soum en plein Sahel burkinabé.

Cette énième frappe, attribuée aux mouvements islamistes – très actifs ces 4 dernières années dans le septentrion burkinabé – est survenue dans la nuit du vendredi 04 au samedi 05 octobre 2019. Dans un communiqué, l’état-major des armées confirme l’information que plusieurs sources concordantes relayaient, suite à l’alerte des proches des victimes, depuis la matinée de ce samedi 05 octobre. A savoir que des assaillants s’en étaient pris à des exploitants artisanaux de l’or dans la mine de fortune de Dolmane près du village de Madoudji à 7km de Gorgadji dans le Nord du pays.

Le bilan provisoire établi faisait état d’au moins 20 morts parmi les orpailleurs et 2 blessés graves. Alors que les forces de sécurité s’étaient déployées dans la zone avec des moyens opérationnels renforcés pour rassurer les populations, celles-ci, continuaient de déserter la zone. Ce sentiment de peur-panique se justifie surtout par une autre opération réussie des assaillants non loin de là. Il s’agit de la destruction du pont de Gaik Nkota situé entre Arbinda et Djibo, principale ville du Nord. Ce pont, qui permettait de ravitailler Arbinda en biens marchands, a été sauté à la dynamite par des assaillants identifiés comme étant des djihadistes.

Les fortes détonations ajoutées aux tirs visant les orpailleurs ont vite fait de convaincre les habitants des lieux qu’ils ne sont pas en sécurité. Leur départ de leurs habitations vient grossir le nombre des déplacés internes au pays des hommes intègres.

Alfred SIRIMA

Correspondant Informateur.info

Articles connexes

Leave a comment