@Informateur.info- Un vaste réseau de trafic d’anacarde est en train de se développer depuis peu à partir de la ville de Bouaké en direction du Ghana. En effet, selon des informations dignes de foi, des camions chargés officiellement de maïs au marché de gros de Bouaké avec des tickets de traverse, dissimuleraient en dessous des tonnes d’anacarde. Ces camions sur lesquels pèsent de réels soupçons refusent même de débâcher  au corridor-Est de Bouaké lors des contrôles. Ce refus d’obtempérer met mal à l’aise, depuis un moment, les forces de sécurité en poste dans la mesure où les transporteurs bénéficient de la protection de la hiérarchie. «Chaque fois que nous voulons faire notre travail, il y a un coup de fil qui nous en empêche. Nous ne sommes autorisés qu’à vérifier les pièces des camions pas le chargement. Cependant nos informations nous ont permis de savoir qu’il s’agit du convoyage de l’anacarde vers le Ghana», explique sous le sceau de l’anonymat un agent en poste au corridor-Est de Bouaké.

De fait,  les camionneurs prétendent toujours que les chargements incriminés devraient être livrés dans des fermes à Abengourou. L’axe Bouaké- Brobo- Abengourou en passant par Ouéllé semble le plus usité par les acteurs de ce trafic. «Une fois à Abengourou, ils continuent à Agnibiélékro et se retrouvent au Ghana», croit savoir notre source qui souhaite voir démanteler ce réseau qui plombe l’économie. L’existence de ce réseau de trafic de l’anacarde vers le Ghana doit interpeller le gouvernement.

Dalima Dahoué

Articles connexes

Leave a comment