@Informateur- Le procureur de la République a été saisi par le Consulat Général du Burkina Faso à Abidjan en vue de faire la lumière sur le décès de Christelle Kaboré, a appris Informateur.info.

La jeune Burkinabè de 26 ans est décédée dans la nuit du 06 juillet dernier à Abatta alors qu’elle devrait passer la nuit chez son copain. Informée le lendemain de sa mort, la famille a eu du mal à disposer des éléments de preuves soutenant une mort naturelle. Pis, l’accès au corps et les formalités de son admission à la morgue de Bingerville se sont faits sans leur implication.

Pour ces faits troublants, la famille exige une autopsie à défaut, un examen interne du corps pour en avoir le cœur net. Ce d’autant qu’elle croit avoir décelé des traces de violence sur le corps sans vie.

Fort donc de ces soupçons que seule une enquête peut permettre d’élucider, la famille de Christelle Kaboré s’en est remise au Consulat Général du Burkina Faso à Abidjan, par le biais du Service du Conseil juridique. La Représentation consulaire a jugé que les faits étaient suffisamment graves pour saisir le Procureur de la République.

On peut donc espérer que Christelle Kaboré ne sera pas inhumée comme le souhaitent les parents de son copain avant que la lumière ne soit faite sur les circonstances réelles de sa mort.

Alfred SIRIMA