PUBLICITE


On croyait le président Henri Konan Bédié, dans les cordes, après sa rencontre avec le président de la République, Alassane Ouattara, le 10 avril dernier.
En effet, à l’issue de cet entretien qui a eu lieu au palais présidentiel, l’ancien président ivoirien, Henri Konan Bédié s’est dit favorable à la mise sur pied du parti unifié qui s’appellera RHDP. Mais la où, cette rencontre a «péché», c’est d’avoir ignoré la question de l’alternance en 2020. Ce qui a donné droit à toutes les spéculations dans le camp du PDCI. Dès lors, la tête du Sphinx était mise à prix par certains cadres et militants du vieux parti.
Depuis ce jeudi 19 avril 2018, le président du PDCI-RDA, Henri Konan Bédié vient de «délivrer» aussi bien la grande famille du PDCI, que ses détracteurs, qui croyaient que le président Bédié n’avait pas assez de «couilles» pour affronter la réalité en face, pratiquant toujours la politique de l’autruche, dans les situations où il était le plus souvent attendu.
Ainsi, depuis sa résidence de Daoukro, le président du PDCI-RDA s’est voulu plus rassurant et péremptoire, dans ses propos : «Le PDCI, présentera un candidat en 2020» a t-il martelé. Et ce, que ce soit en rang dispersé ou en RHDP, ce qu’il souhaite d’ailleurs ardemment, ce pourquoi, il est constamment en discussion avec les autres partis réunis au sein du RHDP. Car, dira t-il, après avoir soutenu en 2010 et en 2015 le candidat du RDR, aux élections présidentielles, il attend que le parti à la case lui renvoie l’ascenseur.
Voila, qui est désormais claire dans l’esprit des uns et des autres. Que le parti unifié, du moins le RHDP soit porté sur les fonts baptismaux, avant ou après, les échéances électorales de 2020, le PDCI va conquérir le pouvoir avec ou sans les autres membres du Rassemblement des Houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP).

Yannick Kobo

PUBLICITE


Articles connexes

Leave a comment