PUBLICITE


@Informateur.info- Le militantisme-amphibie est puni au Burkina Faso. Un élu de l’Union pour le progrès et le changement (UPC) lors des législatives de 2015, à savoir l’honorable Élysée Kiemdé, vient d’en faire les frais.

La décision du Conseil constitutionnelle relative à la déchéance de son mandat et son remplacement par son suppléant est tombée, jeudi 26 septembre 2019.

Livrant l’information à la presse au siège du parti à Ghouguin, Hamadou Diemdioda, 4eme vice-président, confiait que la procédure judiciaire fait suite à  l’auto-exclusion du parti du mis en cause.

A l’en croire, le désormais ex-camarade s’est retiré de toute activité du parti du chef de file de l’opposition burkinabé pour n’avoir pas été suivi dans sa proposition d”entrer au gouvernement Mpp. Pis, il a créé un autre parti. Ce qui atteste d’un double militantisme sanctionné par la législation au pays des intègres.

”Conformément à la loi, aux textes en vigueur, nous avons saisi le Conseil constitutionnel dont la décision est tombée aujourd’hui jeudi. M. Kiemdé n’est plus député. Il laisse son siège à son suppléant ”, se réjouissait le lieutenant de Zéphirin Diabré.

Alfred SIRIMA

Correspondant Informateur.info

PUBLICITE


Articles connexes

Leave a comment