@Informateur.info-Un communiqué du Procureur de la République près du Tribunal de Grande instance de Bamako, parvenu à Informateur.info, explique les motifs de l’arrestation, mardi dans la capitale malienne, de Sess Soukou Mohamed dit Ben Souk, un prochee Guillaume Soro.

Selon la justice de ce pays frontalier, c’est “en exécution d’un mandat d’arrêt i nternational décerné le 16 novembre 2020 par Mme leJuge du 9è Cabinet d’instruction du Tribunal de 1ère instance d’Abidjan-Plateau et pour des actes subversifs pouvant admettre une qualification pénale commis sur le territoire national, était interpellé, le 10 août 2021 sur ses instructions, par le service de gendarmerie nationale, monsieur Sess Soukou Mohamed dit Ben Souk, ancien Député-Maire de Dabou-République de Côte d’Ivoire et membre de “Générations et peuples solidaires-GPS- de monsieur Guillaume Soro”, écrit le magistrat Idrissa Hamidou Touré, Procureur de la République.

Par ailleurs, il annonce la mise en place d’une “commission d’enquêtes préliminaires” dirigée par le commandant du groupement territorial de gendarmerie de Bamako pour “relativement aux actes subversifs incriminés, identifier les différentes implications et déterminer leur volonté criminelle en vue d’une saine application de la loi”, ajoute M. Touré.

Pour le camp Soro, l’arrestation d’un de ses cadres, Ben Souk, au Mali s’apparente à une pièce d’échange pour livrer Karim Kéïta, fils de l’ex-président malien Ibrahim Boubacar Kéïta (IBK) poursuivi par la justice de son pays pour des faits présumés de corruption, de blanchiment de capitaux et refugié à Abidjan depuis la chute de son père.

Charlène ADJOVI