@Informateur.info- Elle fait partie des cinq membres du gouvernement qui ont mordu à la poussière lors des législatives du 6 mars dernier. Mais, la ministre de la Culture et de la Francophonie, Raymonde Goudou Coffie, candidate malheureuse dans la circonscription électorale de Toumodi sous-préfecture et Djékanou, reste fair-play et dispose encore des ressources (physiques) pour voler au secours de ses parents qu’elle ne va point “abandonner”, malgré ce revers électoral.

Sur les antennes de TV Toumodi, une Web télé locale, dans une capsule de cinq minutes diffusée sur les réseaux sociaux, l’ex-ministre de la Santé, digne dans la défaite, a fait le tour de sa candidature et de son échec. D’emblée, la ministre Raymonde Goudou rejette tout “regret”. “Je ne regrette pas un seul instant, le fait d’être restée à l’écoute des préoccupations de mes parents, de leurs doléances formulées régulièrement lorsque je leur rendais visite, concernant les besoins élémentaires”, lance-t-elle.

“C’est justement parce que, je sentais que les populations avaient besoin d’une porte-voix que j’ai pris la décision de me présenter aux élections législatives du 6 mars 2021. Ce sentiment qu’ils m’ont fait percevoir et qui a confirmé le fait que je puisse me décider de me présenter à l’élection”, justifie-t-elle sa candidature, ajoutant que “les résultats sont ce qu’ils sont. On ne va pas à la guerre en se disant qu’on va perdre. On part au contraire en se disant qu’on a des acquis, des armes pour soi. Ce sont ces acquis qui m’ont conforté dans ma décision de vouloir me présenter aux élections”, insiste, sereine, Raymonde Goudou, vêtue de l’uniforme verte du pagne de la journée internationale de la femme.

Malheureusement, le verdict des urnes n’a pas été favorable à la ministre de la Culture, en dépit de sa volonté d’être la “porte-voix” de ses parents. Et, c’est très fair-play qu’elle a accepté la défaite, en commençant par “féliciter le PDCI pour sa victoire”. “Nous restons au niveau du Bélier et de Toumodi, les enfants de notre région. La politique ne doit pas nous diviser. Nous demeurons des frères et des sœurs”, soutient-elle.

C’est pourquoi la ministre de la Culture et de la Francophonie rassure ses parents d’être toujours à leurs côtés. “Je ne vais pas au sortir des législatives, abandonner mes parents. Il n’en sera pas question. Je souhaite bon vent aux uns et aux autres, parce que Toumodi doit continuer à vivre dans la paix et le développement, c’est cela le plus important”, conclut Raymonde Goudou.

Charlène ADJOVI
avec TV Toumodi