PUBLICITE


@Informateur.info- Le molosse ne change jamais sa déhontée façon de s’asseoir, dit-on. Reclus depuis quelques mois dans un silence de mort après sa sortie de prison pour faux témoignage dans une affaire funeste de tentative d’assassinat en lien avec le feuilleton judiciaire du cimentier Inoussa Kanazoé, patron de Cim Ivoire et son ex-partenaire Koanda Moussa, Kima Emile vient de réussir la prouesse de provoquer l’ire des autorités diplomatiques et Consulaires du Burkina Faso en Côte d’Ivoire et d’une bonne frange de la diaspora burkinabè.

En effet, dans un communiqué rendu public, lundi dernier, la représentation diplomatique Burkinabè en Côte d’Ivoire s’est  non seulement désolidarisée du meeting du parti ivoirien Concorde prévu le 2 novembre prochain à Gagnoa, mais surtout à appeler la communauté burkinabè à se démarquer de ce projet.

« (…) Les mêmes spots indiquent que les Ambassadeurs des pays membres de la CEDEAO sont associés à la tenue de cette manifestation qu’organise Monsieur Emile KIMA, présenté comme «Ambassadeur de la paix» et président d’une association dénommée «Fondation pour la paix en Afrique de l’Ouest. La Représentation diplomatique du Burkina Faso en Côte d’Ivoire informe la communauté burkinabè qu’elle n’est mêlée ni de près, ni de loin à cette activité dont le caractère politique est évident», mentionne le communiqué.

Cette ferme réaction de la représentation diplomatique du Burkina Faso en Côte d’Ivoire aussi tardive soit-elle, laisse subodorer qu’elle n’est plus prête à s’accommoder des pratiques du passé qui ont impacté négativement  l’image de la forte communauté burkinabè en Côte d’Ivoire.

Kima Emile, hier, membre de la galaxie patriotique sous Laurent Gbagbo n’avait pas hésité, faut-il le rappeler, à entrainer la communauté burkinabè et ses chefs coutumiers dans l’arène politique ivoirienne. Ce qui, de mémoire, a été du plus mauvais effet.

A l’évidence, il va falloir bien plus qu’un communiqué de la part de la représentation diplomatique Burkinabè en Côte d’Ivoire pour faire entendre raison à ce récidiviste, ex-pensionnaire de la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (Maca) et  de la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou (Maco). Kima Emile en bon opportuniste ayant, certainement, juré de renaitre de ses cendres avec la présidentielle de 2020.

Jean François FALL

PUBLICITE


Articles connexes

Leave a comment