@Informateur.info- La série de rencontres entamée par le président du Faso du vendredi au samedi dernier avec le commandement militaire, les officiers et les sous-officiers en vue de jauger les problèmes qui plombent l’armée burkinabè dans la lutte qu’elle mène contre le terrorisme est saluée par beaucoup de burkinabè qui perçoivent une lueur de changement.

Si le président du Faso est beaucoup félicité sur la toile pour cette démarche qui participe de son rôle de ministre de la défense nationale, il n’essuie pas cependant quelques critiques, somme toute constructive, de la part de certains qui estiment que ces rencontres auraient dû se tenir ailleurs que dans la forteresse du palais de Kosyam.

A(re)lire Burkina/Remaniement: Les ministres de la Défense et de la Sécurité remerciés

«La meilleure formule avec les hommes de rang aurait été que le PF se déplace sur le terrain pour les écouter de vive voix pour connaître les vrais problèmes opérationnels et tactiques de l’armée. Je dis bien pour la rencontre avec les hommes de rang. Car ceux-ci ont été naturellement sélectionnés par leurs supérieurs qui leur donneront certainement des instructions qu’ils suivront de peur de se faire sanctionner», a réagi Adama Baguian, économiste et consultant en stratégie et management, sur la page facebook de la présidence du Faso. Recentrant les choses, Adama Baguian conseillera ceci au président du Faso: «C’est une refonte totale du sommet de la hiérarchie militaire qu’il faut avoir le courage de faire».

A(re)lire Burkina : Roch Kaboré aura attendu 6 ans pour nommer un ministre délégué militaire à la Défense

Même réaction de la part de Wendkouni Jérémie Zongo, un autre internaute, qui tout en félicitation Roch Marc Christian Kaboré, estime que «J’aurai souhaité qu’il parte rencontrer ceux qui sont sur le terrain, car ce n’est pas sûr que ceux qui sont à Ouagadougou vont dire toute la vérité au Président. Son entourage lui cache beaucoup de choses».

Pour rappel, le président du Faso s’est attribué le 30 juin dernier le portefeuille ministériel de la défense suite à la clameur publique qui réclamait le limogeage de l’ex-ministre Chérif Sy pour incompétence. Désormais en première ligne, la responsabilité de Roch Marc Christian est grande si les choses ne s’inversent pas pour plus de quiétude au Burkina Faso.

Alfred SIRIMA