@Informateur-  Condamné récemment à 20 ans de prison ferme par la justice ivoirienne, Charles Blé Goudé compte mener des actions pour attaquer cette décision. Dans une vidéo diffusée ce samedi 4 janvier 2020 depuis La Haye où il vit en liberté sous conditions, le proche de Laurent Gbagbo entend saisir la Cour africaine des droits de l’Hommes et des peuples.

« Est-il besoin de rappeler que pour ces mêmes faits relatifs à la période post-électorale, j’ai déjà été jugé et acquitté par la CPI, à l’issue de cinq années de procédure (…) Ce harcèlement judiciaire n’a pour seul but que de m’écarter du débat politique dans mon pays », a déclaré le président du COJEP.

Outre la Cour africaine, Charles Blé Goudé dans cette affaire entend saisir la Cour pénale internationale (CPI) ainsi que l’Union Européenne (UE).

Débutée avec une heure de retard, la diffusion de la déclaration de Charles Blé Goudé a par ailleurs livré des détails sur la position du dernier ministre de la Jeunesse de Laurent Gbagbo sur la question de la réconciliation nationale.

L’ex-détenu de La Haye dit « tendre toujours  la main au président Alassane Ouattara » afin d’œuvrer à la cohésion sociale.

« Je reste focalisé sur l’objectif de la reconstruction de la paix en Côte d’Ivoire. »,a-t-il dit. Pour Charles Blé Goudé, la réconciliation « n’est pas une option mais une obligation ». Cependant, l’ancien leader de la FESCI n’a pas manqué de critiquer le pouvoir d’Abidjan qui selon lui se livre à « des arrestations arbitraires et des interdictions de meetings ».

A l’en croire, le gouvernement ivoirien est « un régime qui crucifie le processus de réconciliation nationale sur l’autel de ses intérêts ».

Abraham KOUASSI