Le ministre des affaires étrangères du Burkina-Faso, Alpha Barry a annoncé ce mardi 19 décembre 2017, au cours d’une rencontre avec ses collaborateurs, la rupture des relations diplomatiques et commerciales liant le Burkina à la Corée du Nord, à la demande des Nations unies. Un peu plus tard dans la même journée, le chef de la diplomatie burkinabè a accordé une interview dans laquelle il donne les raisons de cette décision.
«Après l’appel des Nations unies à ses Etats membres, quant à la rupture des relations diplomatiques et commerciales avec la Corée du Nord, la presse américaine avait relevé que le Burkina continuait à entretenir des relations commerciales avec la Corée du Nord. Puis les autorités américaines nous ont saisis. Lorsqu’on a fait les recherches, il s’est avéré que c’était au niveau des privés. Nous avons alors tenu informé le président du Faso et son Premier ministre. Le Chef du gouvernement, a alors instruit les ministres du commerce, de l’économie et des finances de prendre les mesures nécessaires, pour se conformer à la demande des Etats Unis», a indiqué Alpha Barry. Précisant que les échanges commerciaux avec le pays de Pyongyang, rapportaient beaucoup au Faso. «Du mois de juin à août 2017, les importations étaient estimées à environs 3,8 milliards de FCFA. Le pic a été atteint en 2015, avec plus de 21 milliards de FCFA», a-t-il ajouté.
Le ministre des affaires étrangères a également saisi l’occasion avec les hommes des médias pour annoncer l’arrivée de l’Emir du Qatar au pays des hommes intègres, ce jeudi 21 décembre, pour une visite de travail. La lutte contre le terrorisme, le domaine de la santé, des infrastructures et de l’immobilier, seront les points essentiels à l’ordre du jour, pendant la rencontre des autorités burkinabè et l’Emir du Qatar.

Georges Kouamé