@Informateur.info- Depuis l’annonce par Guillaume Soro, mon mentor, du dépôt de sa candidature à l’élection présidentielle le Lundi 31 à 14h, c’est la panique générale au Restaurant. C’est également des interrogations de la part des sympathisants de Bogota qui ne comprennent pas qu’après avoir lancé un appel à l’opposition à ne pas participer à une élection électorale avec le gourou du Restaurant , dont la candidature est anti-constitutionelle , decide de vouloir participer à cette élection à travers le dépôt de sa candidature. C’est donc difficile pour eux de comprendre la stratégie de Guillaume Soro.

Souvenez vous qu’il y a peu j’avais posé la question suivante aux gens du Restaurant. “Est ce que vous connaissez Guillaume Soro ?” Pour ceux qui ne le savent pas,Bogota n’est pas aussi previsible que le sont nos gens du Restaurant. C’est ce qui lui a permis ,depuis la Fesci en passant par la rébellion pour aboutir au règne du gourou du Restaurant,d’échapper à tous les pièges dressés sur sa route par ses ennemis.

Guillaume Soro maintient sa position de ne pas aller à une compétition électorale avec le gourou du Restaurant afin de ne pas cautionner sa candidature anti-constitutionelle. Mais il maintient également sa volonté d’être candidat. C’est une stratégie qui echappe à l’intelligence de nos amis du Restaurant.

N’oublions pas Guillaume Soro est un stratège politique de haut niveau. Et l’un des aspects de la stratégie politique consiste à dérouter ses adversaires. C’est ce que fait en ce moment Guillaume Soro.

Sans dévoiler les intentions de Bogota,je voudrais dire à ses sympathisants qu’en allant deposer sa candidature le Lundi prochain,il veut d’abord démontrer à l’opinion national et international qu’il a rempli le critère du parrainage électorale.
Parce qu’en ne déposant pas sa candidature,nos amis du Restaurant diront que c’est faute d’avoir rempli ce critère qu’il a refusé de se porter candidat.

Ensuite,Guillaume Soro veut prendre l’opinion à témoin,si sa candidature venait à être invalidée comme il le soupconne,de ce que le gourou du Restaurant ne veut pas d’élections inclusives comme le lui ont recommandé l’ONU,l’union Européenne et même les États-Unis.

Mieux,il veut démontrer à tous que celui qui fut hier le chouchou de la Communauté Internationale, est devenu celui qui la combat en refusant de se soumettre à ses recommandations. Je rappelle que la Cour Africaine des Droits de l’homme avait demandé au gourou du Restaurant de surseoir à ses mesures prises contre Guillaume Soro.

Je rappelle également que le professeur Wodié,la référence du droit en Côte d’Ivoire,a affirmé qu’on ne peut exclure quelqu’un de la liste électorale tant que le procès dont il est l’objet n’est pas définitif surtout si ce dernier a été condamné à son absence ou à l’absence de ses avocats.

En la matière,la condamnation de Guillaume Soro à 20 ans de prison,avec l’annulation de ses droits civils et politiques, n’est pas definitive et n’existe pratiquement pas puisqu’à ce jour,l’Etat de Côte d’Ivoire n’a pas été capable de donner la preuve d’une décision de justice le condamnant. Je rappelle que jusqu’à présent l’Union internationale des parlementaires attend encore cette fameuse décision qu’elle a demandée à l’Etat de Côte d’Ivoire.

Si, malgré toutes les recommandations de la communauté internationale pour des élections inclusives et transparentes en Côted’Ivoire, le gourou du Restaurant en reste sourd, demain il ne pourra pas demander une assistance et un soutien à cette communauté internationale lorsqu’il sera confronté à une situation difficile.

Bref,en déposant sa candidature pour l’élection présidentielle,Guillaume Soro joue au chat et à la souris avec le gourou du Restaurant.

Il l’entraine dans un piège qui risque de le prendre.
Je pose de nouveau la question. Est ce que vous connaissez l’enfant là?

Mamadou Traoré