PUBLICITE


Dans son communiqué émanant du conseil des ministres du mercredi 05 avril 2017, le porte-parole du gouvernement, le ministre Bruno koné s’est longuement focalisé  sur la situation des structures de l’ Agro-business et l’état du remboursement des souscripteurs qui n’attendent que ça  ,surtout qu’il y a longtemps  que la promesse leur a été faite par l’Etat qui subitement s’est vu doté d’un droit régalien dans une affaire où il n’a pas été interpellé. La suspicion est d’autant plus grande qu’elle a coïncidé avec la période des remous sociaux où les revendications tous azimuts avaient  trait à l’argent. S’étant saisi du dossier, l’Etat a fait dresser une liste des souscripteurs avec des conditions et des informations à fournir. La base à partir de laquelle les remboursements devraient être effectués immédiatement.

Des  dates ont été maintes fois fixées mais jamais respectées. D’où le ras-le- bol des souscripteurs qui se font entendre par des marches dont la dernière en date a eu lieu il y a de cela une semaine. Ce pourquoi le gouvernement a senti la nécessité de fournir des explications relatives au non paiement de l’argent des souscripteurs. Il en ressort un aveu d’impuissance du gouvernement .Qui, par la voix de son ministre de la communication, informe les milliers de personnes qui ont déposé leur argent dans ces structures d’agrobusiness en espérant des plus- values. En somme le gouvernement qui a pris sur lui de rembourser l’argent, n’a pas de liquidité. Il est donc à la recherche des actifs possibles des structures de l’agrobusiness qui seraient dissimulés, pour procéder au remboursement du plus grand nombre possible de souscripteurs. Ce qui sous- tend que tous les souscripteurs ne pourront pas être remboursés dans cette conjoncture. Une injustice qui vient s’ajouter à une autre : le défaut de paiement des RSI aux souscripteurs qui ne comprennent toujours pas les vraies raisons de l’intervention du gouvernement dans une affaire qui relève du domaine privé.

Yannick Kobo

 

 

PUBLICITE


Articles connexes

Leave a comment