PUBLICITE


  • Allo Boussé sème la pagaille au village

Informateur.info- La forfaiture n’aura pas prospéré. Comme nous l’annoncions, hier, dans l’une de nos publications, le Préfet du département d’Agboville, M. Bako Privat, devrait entériner, ce vendredi 8 juillet, la volonté populaire du village d’Ano qui s’est choisi Amonchi N’Guessan comme chef. En dépit des pressions et des intimidations auxquelles a eu recours le candidat malheureux, en l’occurrence M. Allo Boussé, la vérité et le droit ont triomphé. Dans la matinée de ce vendredi, le Préfet qui a réuni dans la cour de la Préfecture les parties prenantes de cette affaire et les chefs et notables des quatre villages de la sous-préfecture d’Ano a confirmé le choix d’Amonchi N’Guessan comme le successeur de N’Tapké Assandé décédé le 9 septembre 2014. Ce dernier a donc reçu l’arrêté préfectoral de nomination qui le confirme à ce poste d’auxiliaire de l’administration. Un acte qui clos définitivement la crise de chefferie malicieusement ouverte par M. Allo Boussé, candidat malheureux au poste de chef du village.

Dans la sous-préfecture d’Ano M. Allo Boussé est présenté, depuis quelques années, comme le cadre qui a introduit la violence dans le village. Après la faillite de son entreprise de transit à Abidjan, rapporte t- on, l’’ex-chef d’entreprise s’est replié dans son village où, animé d’un illusoire sentiment de supériorité, il a entrepris de mener la vie dure aux allogènes et étrangers vivant dans le village.

En 2015, à l’issue d’un vote, M. Amonchi N’guessan a été élu face à M. Allo Boussé. Mauvais perdant, dit-on, ce dernier qui se trouve être un Conseiller régional va contester les résultats avant de s’en remettre à la médiation du président du Conseil régional de l’Agnéby-Tiassa, N’Bollo Martin. Au terme d’une médiation menée par ce dernier, un rapport présentait Allo Boussé comme le chef du village. Un rapport décrié par les villageois. L’autorité préfectorale initie alors une consultation populaire qui désavoue le 23 mars dernier les conclusions du rapport président du Conseil Régional. Donnant donc droit à la volonté populaire, le Préfet d’Agboville a signé, ce vendredi 08 juillet, soit cinq mois après l’arrêté de nomination du chef.

Dès la proclamation d’Amonchi N’Guessan comme chef du village les partisans d’Allo Boussé ont manifesté dans le village, paralysant l’accès. Une violence qu’il aura usitée comme mode de conquête de la chefferie et de contestation. Force  doit pourtant rester à la loi.

Jean François Fall

Informateur.info

Lire aussi:

PUBLICITE


Articles connexes

Leave a comment