@Informateur.info- «Au regard de ces insinuations extrêmement graves et diffamatoires, j’ai décidé de porter plainte contre Messieurs Ibekwe Nicholas, Daan Bauwens et les relais», a réagi sur les réseaux sociaux, Hamed Bakayoko, ministre d’Etat, ministre de la Défense, ce lundi, à l’enquête publiée sur Vice par deux journalistes d’investigation.

Diffusée en 5 épisodes, l’enquête a présenté celui qu’on surnomme le golden boy comme le patron du trafic de cocaïne en Côte d’Ivoire. Devant ces accusations d’une extrême gravité, la réaction du proche d’Alassane Ouattara était attendue.Ainsi, Hamed Bakayoko a décidé de porter plainte contre les deux journalistes.

S’il s’estime diffamé, le ministre est dans son droit ce d’autant plus que les accusations font peser sur lui des doutes susceptibles d’entacher durablement son image.

Au regard de la fonction occupée par le mis en cause dans cette affaire, il est important pour l’assainissement de la vie politique que l’affaire aille à son terme.Les Ivoiriens sont en droit de réclamer des comptes à leurs dirigeants.

Cette annonce ne doit donc pas être un autre coup de communication comme celle faite par le gouvernement ivoirien qui avait annoncé une plainte contre La Lettre du Continent en 2017 suite à l’affaire du fonds de souveraineté du président Ouattara. Fonds de souveraineté que l’on n’a jamais eu le chiffre réel à ce jour.

Si lors d’une rencontre avec l’Autorité nationale de la presse (ANP) en 2018, le chef de l’Etat avait déclaré avoir porté plainte en France contre le défunt périodique, plus rien sur cette affaire n’a été portée à l’attention des Ivoiriens.

Hamed Bakayoko qui évoque dans son communiqué une «cabale» se doit d’aller au bout de cette affaire pour laver son honneur et rendre également service à la vérité.

De son côté, Ibweke, l’un des deux journalistes auteurs de l’enquête à assurer avoir obtenu ses informations de sources haut placés dont des ministres et des diplomates.

Sur les réseaux sociaux, il a fait savoir que ces sources ont immédiatement évoqué Hamed Bakayoko quand la question du trafic de cocaïne en Côte d’Ivoire a été évoquée.

Cette affaire ne doit pas rester donc une question de joutes verbales. Surtout qu’il s’agit de la troisième personnalité du gouvernement.

Steven IBRAHIM