PUBLICITE


Investigateur.net- «Je n’ai pas pris un sou avec qui que ce soi à Abidjan dans le cadre de la campagne présidentielle du MPP. Tout ce que vous avez attendu est faux. Nous sommes en politique et je pense que des gens veulent me salir», se défendait Sankara Inoussa, Secrétaire général du MPP-CI, parti du président Roch Marc Christian Kaboré en Côte d’Ivoire. C’était le dimanche 07 février lorsque nous  l’avons joint au téléphone dans le cadre d’une accusation d’escroquerie portée contre sa personne. C’était le minimum que la rédaction d’Investigateur.net  pouvait faire pour équilibrer l’information avant de publier cet  article qui l’incriminait. Et nous tenions la bonne information car, dans sa réponse Sankara Inoussa n’a pas que nié les faits.  Mais a plutôt cru devoir  évoquer les noms du président de l’Assemblée nationale Burkinabé, Salif Diallo, du ministre de l’intérieur ivoirien Hamed Bakayoko, du Chef d’état-major Soumaïla Bakayoko et du directeur de la police nationale de Côte d’Ivoire, le général Brindou M’Bia, promettant de les informer de l’affaire. Ses propos ont été enregistrés de peur de les travestir. Le constat est que l’énonciation des noms de ces personnalités est venue confirmer d’autres éléments d’informations que nous avons reçus de nos informateurs. Lesquels précisaient que «chaque fois que ce monsieur» est en difficulté dans le cadre de ses activités privées avec une tierce personne, ces mêmes noms sont évoqués». Recoupement fait, nous avons découvert qu’il ne s’agissait ni plus ni moins que d’une manœuvre d’intimidation destinée à dissuader ses créanciers de le poursuivre. Ainsi donc, Sankara Inoussa utilise les noms des autorités pour les présenter comme ses protecteurs, ses parrains en affaires. Et quelles affaires ? Les connait-il vraiment. Salif Diallo, Hamed Bakayoko, Soumaïla Bakayoko, Brindou M’Bia ont-ils des liens en affaires avec Sankara Inoussa? Le protègeraient-ils de ses créanciers? Dans le cadre de notre enquête sur cette affaire «d’extorsion de fonds au préjudice des militants du Mpp en Côte d’Ivoire» nous allons les rencontrer pour recueillir leurs versions des faits.D’autant plus que les activités du sieur Sankara, qui interpelle le président Roch Marc Christian Kaboré du moment qu’il y va de l’image de son parti, nécessitent un regard attentif de la police économique. Et ce ne sont pas des dénigrements sur une page facebook qui vont nous empêcher d’aller jusqu’au fond de cette affaire pour révéler tout ce que nous savons sur les activités frappées de suspicion de Inoussa Sankara.

  • De la tentative de corruption

Ousmane Ouédraogo

Ousmane Ouédraogo, chargé de communication du SG du MPP-CI

Ce qui nous amène à «la tentative de corruption» que le chargé de communication du mis en cause évoque, sans succès, pour nous discréditer. Mais que s’est-il passé en réalité? Le fait qu’après avoir nié au téléphone ce qui lui est reproché, le SG de la section MPP-Côte d’Ivoire dépêche, moins de 20 mn plus tard, l’un de ses chargés de communication vers nous. Il s’agit du journaliste Ousmane Ouédrogo, lequel s’est fait viré, il y a peu, d’une agence de presse Internationale, pour mauvaise conduite professionnelle. L’homme qui nous appelle et dont nous avons également enregistré les propos plaide pour une rencontre pour, dit-il, «parler entre journalistes». Nous ne sommes pas dupes. Mais nous voulons savoir ce qu’il veut. Nous prenons donc rendez-vous pour l’écouter et une heure plus tard, il arrive au lieu de rendez-vous à bord d’un 4 x 4 Hundai. La voiture lui a, dit-on, été offerte par celui qu’il vient tenter de défendre. Lire la suite sur Investigateur.net
PUBLICITE


Articles connexes

Leave a comment