@Informateur.info- En dépit de la réaction de l’Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Burkina Faso près la République de Côte d’Ivoire, Mahamadou Zongo, qui prône sa neutralité dans la crise de chefferie qui secoue la communauté burkinabé de Cocody 2 Plateaux, le camp d’un des deux protagonistes, en l’occurrence Yabré Koudara, a prié le diplomate de «ne pas diviser la communauté burkinabé».

Face à la presse, samedi, Balma Mahamadi, Délégué Consulaire adjoint de la commune de Cocody Zone 3, Porte-parole du Chef Yabré Koudara Adolphe, entouré de Boncé Kizito et de Baguel Bengniré a invité l’Ambassadeur Mahamadou Zongo à «garder sa neutralité» dans ce qu’il est convenu d’appeler « la crise de chefferie» au sein de la communauté burkinabé résidant aux 2 Plateaux, dans la commune de Cocody.

Selon lui, depuis l’intronisation de Yabré Koudara Adolphe en qualité de Chef de la communauté burkinabè des 2 Plateaux, le 22 décembre 2013, «nous n’avons pas de problème dans la communauté jusqu’à ce que le nommé Rouamba Jean-Baptiste, Chef des Mossi se proclamme chef de toute la communauté vivant aux 2 Plateaux, avec le soutien avéré de l’Ambassadeur Zongo», a-t-il dénoncé.

Pour les conférenciers, ce n’est pas le rôle du diplomate de s’ingérer dans l’organisation de la communauté dans les quartiers au point «d’afficher publiquement son soutien» à quelqu’un qui veut contester «l’autorité d’un chef intronisé selon les usages» en la matière.

«Il faut que l’ambassadeur arrête de diviser les Burkinabé. Déjà, il y a des problèmes au pays, s’il faut encore en créer entre nous ici en Côte d’Ivoire, ce n’est pas bien», a-t-il conseillé au diplomate Mahamadou Zongo. Pour le camp Yabré, «en se rendant chez Koala Joseph qui est le bras droit de Rouamba, le 15 novembre dernier alors que la crise couve, de quoi l’ambassadeur pouvait parler avec son supposé ami de longue date si ce n’est de la crise de chefferie qu’il alimente lui-même?», a dénoncé, encore Balma Mahamadi.

Comme il a déploré, également, «le geste maladroit de la délégation consulaire qui a passé outre le chef Yabré et les chefs des différentes communautés pour aller exprimer sa compassion à une famille éplorée après le décès de 3 membres suite aux inondations, avec seulement le sieur Rouamba Jean-Baptiste présenté comme chef de la communauté burkinabé». «Ce n’est pas sérieux !», s’est-t-il indigné, concluant que «l’ambassadeur a plus intérêt à rassembler la communauté que de la diviser».

Geneviève MADINA