@Informateur.info- «Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian Kaboré, président du Faso, président du Conseil des ministres a pris acte de cette correspondance et de la disponibilité de Monsieur Blaise Compaoré». Tel est l’essentiel du communiqué émis, ce mardi 16 avril 2019, par le ministre de la communication et des relations avec le parlement, par ailleurs, porte-parole du gouvernement burkinabè.

En effet, dans ce communiqué, qui intervient après que Jeune Afrique a donné la primeur de l’information dans sa dernière parution, Remi Fulgance Djandjinou, explique ceci : «le vendredi 12 avril 2019, Son Excellence Roch Marc Christian Kaboré, président du Faso, a reçu une correspondance datée du 29 mars 2019 de Monsieur Blaise Compaoré, ancien chef d’Etat du Burkina Faso».

Si le communiqué occulte volontairement les circonstances de la remise du courrier de l’ancien chef de l’Etat à son successeur, l’on ne peut s’empêcher d’y voir une coïncidence troublante avec la visite du ministre d’Etat, ministre ivoirien de la défense, Hamed Bakayoko, ce même 12 avril 2019, à Ouagadougou. Puisque ce dernier, a été reçu par le président Roch Marc Christian Kaboré à qui il a remis une lettre confidentielle censée être celle de son homologue ivoirien, Alassane Ouattara. Et si cette fameuse lettre confidentielle était en faite celle de Blaise Compaoré. Hamed Bakayoko a-t-il porté au président du Faso le courrier de Blaise Compaoré plutôt que celui de Alassane Ouattara? A-t-on juste voulu brouiller les pistes par ce qui s’assimile aujourd’hui beaucoup plus à un mensonge d’Etat pour éviter d’essuyer des critiques des anti-Compaoré?

Toujours est-il qu’ils sont nombreux ceux qui ont estimé que si la correspondance était vraiment du président Ouattara la forme protocolaire aurait voulu que ce soit le ministre des affaires étrangères, Amon Tanoh qui en soit porteur. Mais dans ce cas d’espèce, c’est Hamed Bakayoko, ami du président Roch Kaboré qui se déplace à Ouagadougou avec cette correspondance. Faut-il préciser à toutes fins utiles que depuis son exile à Abidjan l’ex-président du Faso réside dans l’une des villas cossues appartenant au ministre de la défense ivoirien dans le quartier chic de Cocody.
Qu’à cela ne tienne! La noblesse du contenu de la correspondance de Blaise Compaoré peut excuser la forme de transmission usitée. «Monsieur Blaise Compaoré appelle à la réconciliation des cœurs et des esprits de tous les Burkinabè sans exception et sans exclusion et, réaffirme sa disponibilité à soutenir toutes les initiatives en vue de la promotion de la paix, de la cohésion sociale, du vivre ensemble et de l’unité nationale », mentionne le communiqué de Remy Djandjinou. Informateur.info avait en mars 2018 appelé déjà à un dialogue entre l’ancien et le nouveau chef d’Etat (Lire Et si Roch Et Blaise se parlaient) au nom de l’intérêt supérieur de la nation burkinabè. Maintenant que Blaise Compaoré a fait le premier pas, l’on attend donc de l’actuel locataire de Kosyam, humilité et dépassement de soi.

Jean François Fall

Articles connexes

Leave a comment