@Informateur.info- Les accusations contre certains proches du président du Faso dont la dernière en date vise le Directeur de cabinet, Dr Seydou Zagré, relèveraient d’un complot ourdi par des personnes tapies dans l’ombre. Telle est la quintessence de la déclaration du Mouvement d’Action des Citoyens pour la Stabilité (MACS) qui fait remarquer que «l’homme n’est pas un ordonnateur de budgets à la présidence». Ci-dessous la déclaration.

«Depuis un moment, nous assistons à une campagne de colporteurs avec son corollaire d’accusations infondées sur certains proches du chef de l’État. Sans aucune recherche, de vérité de la part de quelques groupuscules de personnes, aidés par certains hommes politiques qui sont devenus des vecteurs de la propagande des comploteurs. Leur objectif : créer la tambouille dans la classe politique burkinabè avec la ferme intention de déstabiliser le pouvoir de la 4e république. Pour parvenir à leur fin, ils ont opté pour des complots mensongers contre certains fidèles proches du président du Faso.

Des révélations infondées sur des fidèles proches du président du Faso, d’où proviennent-elles ?

Hier, c’était le cas du conseiller Adama Kanazoé. Aujourd’hui, la justice, n’a toujours pas dit le verdict de son accusation, parce que pour le moment, la justice est en quête de preuves tangibles en dehors de celles de la manipulation politique qui reste la résultante des complots politiques. Son image a été malheureusement ternie d’une façon ou d’une autre à travers la presse et sur les réseaux sociaux. A ce jour encore, la justice n’a encore rien trouvé de tangible à lui reprocher. Loin pour nous l’idée de défendre aveuglement, le sieur Kanazoé, notre volonté est que rien ne se fasse pour nuire sans des preuves irréfutables.

Quid de celui contre le Dr Seydou Zagré ?

Fidèle des fidèles proches du président Roch Marc Christian Kaboré avec une loyauté absolue et une patience discrète, ce travailleur infatigable de l’État, dans sa croyance religieuse, est arrivé à se convaincre qu’on n’a pas besoin de crier pour rétablir la vérité si on croit en Dieu. Depuis sa nomination, M. Zagré a compris la lourdeur de sa tâche, en plus de la confiance que lui accorde son patron. Seydou Zagré est considéré comme le gardien du palais présidentiel. Il doit surveiller tous les dossiers administratifs. Il doit organiser le cadre du travail tout en restant vigilant pour ne pas laisser le président du Faso se faire tromper par des dossiers de personnes qui veulent gruger l’État. Dès lors que vous êtes à cette place, vous devenez l’ami de tous, si toutefois, vous laisser le désordre passer. Vous serez attaqué de toutes parts dès lors que vous décidez d’être rigoureux.

Entre laisser passer le désordre pour se faire plaire à un groupuscule de personnes, et, être rigoureux pour servir son pays à travers son patron selon le code et la déontologie du travail, M. Zagré a choisi la rigueur pour ne pas plaire à tous.

Seydou Zagré n’est pas un ordonnateur de budgets à la présidence. Il n’a pas non plus une caisse noire pour financer ses propres désirs. Toutes ses activités sont régies dans le cadre d’un organigramme dont le Président du Faso est le grand guide. Les adversaires de M. Zagré sont simplement mécontents parce que le Président Kaboré a fait de Zagré un choix parmi ses préférés.

Il n’a jamais été de mèche avec les politiciens-commerçants. Alors, tous ceux qui l’abordent dans le but de recevoir des intérêts personnels partiront toujours déçus. Les personnes qui l’en veulent sont ceux qui ont toujours pensé qu’on peut monter n’importe quel document pour se faire payer à la présidence où qu’il suffit d’être du parti au pouvoir pour avoir tous les privilèges du pays. Alors, ils font tout pour affaiblir le bouclier Zagré en cherchant à fouiller tous ses faits et gestes dans la seule intention de le voir tomber.

Tout citoyen lambda doit savoir qu’un juge peut entendre toute personne dont pour des soupçons ou à qui des choses ont été reprochées et qui relève de la compétence du juge de rechercher la vérité des faits. Mais cela ne fait pas de vous un coupable. A tous les Burkinabè qui sont victimes face à ce genre de manigance politique, sachez que Dieu donnera toujours la force à d’autres compatriotes de défendre votre cause.

D’ailleurs, la chanson de certains est que «Seydou Zagré bloque nos dossiers» ou encore «Seydou Zagré ne nous donne pas de marchés». Qu’ils sachent une bonne fois pour toute que Seydou Zagré n’est pas celui qui attribue les marchés à la Présidence, mais, veille à la bonne gestion qui vont que la Présidence n’est plus une caisse a résonnance pour les affaires, afin que le Président du Faso, oriente les ressources vers des activités pertinentes (construction de routes et diverses infrastructures de base). On ne rentre plus à la Présidence et en ressortir avec des kilos d’argent. Alors tout Burkinabè averti doit ouvrir l’œil et le bon pour améliorer et renforcer un meilleur usage des ressources financières du contribuable par la Présidence. Paix au Burkina Faso».

Tansoaba Jules Ilboudo

Porte-parole du Mouvement d’Action des Citoyens pour la Stabilité