@Informateur.info- Moins d’une semaine après la conférence de presse des Conseillers municipaux de l’opposition de la Mairie de Ouagadougou qui appelaient le Maire Armand Béouindé à démissionner, les Conseillers de la majorité sont montés, eux aussi, au créneau.

Et comme il fallait s’y attendre, ces  derniers ont pris le contrepied de leurs collègues de l’opposition. Concernant l’acquisition des 77véhicules pour laquelle l’on demande des comptes au maire de Ouagadougou, les Conseillers de la majorité ont déclaré que «les conseillers de l’opposition ont assisté à tout le processus et voté en toute liberté en faveur de cette délibération d’acquisition par crédit-bail de ces véhicules». Précisant qu’il s’agit d’une location-vente dont le marché a été attribué après un appel d’offre.

A(re)lire Affaire “77 véhicules”: Des Conseillers municipaux de l’opposition exigent la démission du maire de Ouaga

A en croire le Conseiller Mousatapha Siemdé, le projet d’acquisition des véhicules incriminés a fait l’objet d’un rapport de la commission des affaires économiques et financières. «Ce rapport a été approuvé lors d’une session extraordinaire en présence de 231 Conseillers. Il n’y a eu aucun vote contre cette délibération et aucune abstention», a-t-il précisé. Et de poursuivre  à l’attention des Conseillers de l’opposition : « Nous pensons que s’ils ont une conscience, celle-ci doit les amener à s’assumer comme nous le faisions».

Réagissant à la polémique liée au quorum de la session du Conseil municipal du 22 juin dernier qui s’est tenue au Palais de la Culture Jean-Pierre Guingané, les conférenciers ont d’abord tenu à justifier le choix de ce cadre en raison des mesures barrières contre le Covid-19. Quant au quorum nécessaire à la délibération de l’ordre du jour, ils estimé qu’il a été largement atteint. Selon M. Siemdé, le quorum est de 128 Conseillers. Or dira-t-il, «Sur la liste de présence, on dénombrait, sur les 144 conseillers présents, 122 de la majorité ; 22 étaient de l’opposition dont huit de l’UPC et quatorze du CDP», a expliqué M. Siemdé.

Alfred SIRIMA