@Informateur.info-Des conseillers municipaux de la mairie de Ouagadougou ont appelé, ce jeudi 25 juin 2020, le maire Armand Béouindé à démissionner de ses fonctions. C’était lors d’une conférence de presse co-animée par MM. Nathanaël Ouédraogo, 3ème adjoint au maire de Ouagadougou, Alban Raogo Zoungrana, président du groupe municipal UPC et Constant Ouédraogo, président du groupe municipal CDP. Ils reprochent au maire de Ouagadougou une mauvaise gestion et des malversations dont il se serait rendu coupable dans «l’affaire de location de 77 véhicules à hauteur de 4 milliards 600 millions de francs CFA».

A(re)lire Affaire “77 véhicules”: Des manifestants réclament le départ du maire de Ouaga

Attaquant la session municipale convoquée par le maire de Ouagadougou le 22 juin dernier, les conférenciers ont estimé qu’elle visait à valider les malversation de ce dernier. « M. Béouindé avait convoqué une session restreinte du Conseil municipal pour l’adoption de son compte de gestion et de son compte administratif. Ce, en vue de faire valider par la commission Finances, et au nom de tous, sa gestion chaotique de l’année 2019. Cette session convoquée pour le 10 juin de cette année a été contestée par l’Opposition municipale», a martelé M. Alban Zoungrana. Estimant que la situation qui a prévalu lors de cette session était la manifestation d’un ensemble de conseillers et de citoyens de la ville de Ouagadougou qui ont voulu empêcher le maire de la commune de valider ses malversations.

A(re)lire Burkina: Comment le maire de Ouaga a coulé le juge Sawadogo et son accolyte Bagagnan

A l’origine, précise M. Zoungrana, «La délibération portant sur l’approbation de l’acquisition de véhicules par crédit-bail a été discutée au cours d’une session pendant laquelle des observations ont été émises par des conseillers de l’Opposition. Cette approbation a été faite par la majorité des conseillers présents pour acquérir du matériel de qualité pour la commune, à condition que les observations soient prises en compte». Et de poursuivre : «Pour nous, conseillers de l’Opposition, il y a abus de confiance dans cette affaire et faux et usage de faux, car le Maire n’a pas porté les amendements de la session avant la conclusion du contrat».

Les conférenciers en veulent pour preuve de l’abus de confiance, le fait que : «les 12 maires d’arrondissements, sans distinction de bords politiques, avaient tous retourné les véhicules à eux donnés par la commune. Et, parmi eux figurent les maires du MPP».

Au regard de tous ces éléments, «nous avons pris langue avec nos avocats afin de saisir dans les jours à venir les juridictions compétentes pour suite à donner à cette affaire. A l’instar du CFOP, l’Opposition municipale exige la démission du Maire de Ouagadougou», ont –ils exigé. Les conférenciers ont, par ailleurs, demandé au Haut-commissaire d’annuler la session municipale du 22 dernier ; et ont invité le ministère en charge de l’Administration territoriale et de la décentralisation, à suspendre le maire de la commune en application de l’article 272 du Code général des collectivités territoriales si ce dernier ne rend pas le tablier.

Alfred SIRIMA