PUBLICITE


L’affaire des 36 familles qui ont été déguerpies à Abidjan, dans la commune de Koumassi, suit toujours son cours. Victimes de ce déguerpissement ‘’sauvage’’, les familles attendent toujours que les dommages qui leur ont été causés soient réparés. A cet effet, un procès est ouvert, afin que justice soit faite, et que le principal accusé de ce déguerpissement, dédommagent les familles qui dorment depuis un moment à la belle étoile. Mais pendant que la justice ivoirienne se penche sur l’affaire pour résoudre le problème, Traoré Abdoulaye, tente par plusieurs moyens, d’intimider la famille Sarba, pour qu’elle abandonne le processus judiciaire.
En effet, pendant que l’affaire est en justice, pour situer la responsabilité du sieur Traoré, ce dernier rend la vie difficile à la famille Sarba. Convocation du vieux Sarba Arouna au commissariat du 36ème arrondissement de Koumassi, interdiction d’accès de la famille Sarba, au site à la base du litige, avec la construction d’un grand portail, à l’entrée principale, etc. Tels sont les pratiques mesquines mises en place par Traoré Abdoulaye pour intimider le vieux Sarba, pour qu’il abandonne l’affaire. Il va même plus loin en entamant des travaux de construction sur le site, pourtant l’affaire n’a pas encore été tranchée par la justice. Aussi, faut-il le préciser, le même site a été détruit sous une plainte de nuisance sonore. Alors pourquoi entamer des travaux de construction sur le même site? Véritable manigance derrière cette affaire.
En attendant le verdict final du Tribunal de première instance du Plateau, où l’affaire a été déportée depuis novembre 2017, pour les procédures judiciaires, la famille Sarba, «compte sur la bonne foi et l’impartialité des juges, afin que justice soit rendue à ces familles, qui depuis octobre 2017, dorment à la belle étoile, sans aucun moyen. Car ayant tout perdu dans l’opération de déguerpissement», a martelé lors d’une rencontre, l’un des fils du vieux Sarba.
En guise de précision il faut noter que la première audience du procès de cette affaire a débuté le 13 novembre 2017. Le 5 avril prochain, les deux parties, c’est-à-dire la famille Sarba et Traoré et ses complices, comparaîtront pour la 7ème fois devant les juges du Tribunal de première instance du Plateau. Lors de la dernière audience, les juges ont demandé au parti de monsieur Traoré d’apporter les preuves qui ont motivé la destruction des habitations de ce site, situé dans le quartier Bia-sud à Koumassi.

Georges Kouamé

 

PUBLICITE


Articles connexes

Leave a comment