PUBLICITE


@LGP- Deuxième ville de la Côte d’Ivoire, Bouaké était en effervescence ce jeudi 17 janvier 2019. Des victimes et parents de victimes exprimaient ainsi leur mécontentement contre la décision de la Cour pénale internationale (CPI) de remettre en liberté, l’ex-président ivoirien, Laurent Gbagbo et son bras droit, Charles Blé Goudé. Ils ont alors dressé plusieurs barricades non loin de la préfecture de police de la ville de Bouaké. Des pneus ont été brûlés sur la chaussée, au rond point de la gare routière.

Selon nos informations, les messages véhiculé étaient très hostiles à la libération des deux détenus ivoiriens de la Haye, et traité la CPI de trahison : «C’est inadmissible de libérer ces deux personnes qui ont endeuillé nos familles », «La CPI s’en fout des victimes », sont entre autres les paroles qu’ils ont vociférées.

Finalement, les forces de l’ordre ont pu ramener le calme en dispersant les manifestants, a-t-on appris.

Yannick KOBO
 

PUBLICITE


Articles connexes

Leave a comment