@Informateur- Attendue comme un moment important dans l’affaire Guillaume Soro, la conférence de presse du Procureur de la République Adou Richard a eu lieu ce jeudi 26 décembre 2019 au palais de Justice d’Abidjan-Plateau.

Face aux journalistes, Adou Richard a dévoilé un enregistrement présenté comme une conversation entre Guillaume Soro et un individu à l’accent européen.

Dans l’entretien, on entend notamment la voix présentée comme celle de l’ex-chef du parlement parler d’une action militaire visant à renverser le régime d’Abidjan.

La voix parle notamment de mener une insurrection en « minimisant les coûts humains ». « Si après on doit s’entretuer ça va s’enliser(…) J’ai un délai maximum d’un an (…). On va analyser la situation si elle est favorable à une insurrection (…). On est partout », peut-on entendre sur la bande qui est de mauvaise qualité.

La qualité de l’enregistrement justement a été brandie par Adou Richard comme preuve de sa qualité. « Si c’était un montage, on aurait pu faire quelque chose d’audible », a notamment indiqué le Procureur.

Le juriste a par ailleurs indiqué aux journalistes que des perquisitions effectuées dans les domiciles de proches du député de Ferkéssédougou ont abouti à la saisie de plusieurs armes, munitions et moyens de communication.

Outre l’accusation de tentative de coup d’Etat, Guillaume Soro, selon le Procureur est poursuivi pour des faits de blanchiment d’argent et de détournement de deniers publics. L’ex-chef du parlement est accusé d’avoir acquis frauduleusement la résidence dans laquelle il vit depuis 2007 dans la commune de Marcory.

Adou Richard a également fait savoir « que les enquêtes se poursuivent » afin d’identifier les complices de Guillaume Soro. Il est cependant important de noter que plusieurs collaborateurs de l’ex-PAN ont été placés sous mandat de dépôt.

Steven IBRAHIM