Les président Ouattara et Kaboré lors du dernier Fespaco

Nul doute qu’au cours de cette importante rencontre, entre la Côte d’Ivoire et le pays frère et hôte, le Burkina Faso, les deux délégations conduites par les présidents, Alassane Ouattara  de Côte d’Ivoire d’une part, et d’autre part par Roch Marc Christian Kabore, vont passer en revue les accords de coopération paraphés, dans les domaines politique, économique et sécuritaire, pour ne citer que ceux-là,  lors de la précédente rencontre qui s’est tenue en Côte d’Ivoire. Non sans aborder l’épineuse problématique, de la libre circulation  des personnes et des biens. Allusion faite aux nombreuses et récurrentes tracasseries routières, qui s’illustrent par le racket. La question de l’autoroute Abidjan- Ouagadougou, mais aussi la gestion faite des déguerpis du parc du Mont Péko un an après, figurera aussi, en place de choix pendant les deux jours de cette rencontre ivoiro-burkinabè. En somme, il s’agira dans un premier temps, de faire le bilan des avancées, pour ensuite  faire des projections sur l’amélioration des acquis.   A ce effet, et pour mieux harmoniser les discussions, le Premier ministre de  Côte d’Ivoire, Amadou Gon Coulibaly était en visite de travail à Ouagadougou, le vendredi 7 juillet dernier, où il a rencontré son homologue burkinabè, Paul Kaba Thieba, en vue de préparer le prochain sommet.

Il faut noter que le Traité d’Amitié et de Coopération «TAC», a été initié par les anciens présidents burkinabè et ivoirien, Blaise Compaoré et Laurent Gbagbo. Cette coopération a été portée sur les fonts baptismaux  le 29 juillet 2008.

Yannick Kobo