@Informateur.info- Attendue depuis plusieurs mois, la position de Laurent Gbagbo sur la situation politique en Côte d’Ivoire a été livrée au cours d’un entretien sur TV5. Diffusée ce jeudi 29 octobre 2020, l’interview a présenté un Laurent Gbagbo en bonne forme physique et totalement opposé au 3e mandat d’Alassane Ouattara.

«On écrit dans la constitution que le nombre de Mandat est limité à deux. Pourtant on fait un troisième mandat? Il faut qu’on respecte ce qu’on écrit. Il faut qu’on respecte ce qu’on dit», a déclaré l’ancien chef d’Etat. «Dès l’instant où dans une société, des textes de lois et la constitution qui est la loi suprême, les textes de lois disent une chose, il faut qu’on s’y conforme», a ajouté Laurent Gbagbo.

Le fondateur du FPI qui vit en liberté sous conditions en Belgique a, par ailleurs, assuré être du côté de l’opposition dans «cette crise du 3e mandat». “Je comprends et partage la colère de ceux qui sont opposés”, a t-il indiqué.

Au cours de son échange avec la journaliste Denise Epoté-Durand, Gbagbo Laurent a expliqué les raisons de son silence. «Depuis mon arrestation le 11 avril 2011, je n’ai pas parlé sauf lors de mon interrogatoire devant la CPI. Et quand j’ai été acquitté, j’attendais d’être en Côte d’Ivoire avant de parler. Mais aujourd’hui, la date du 31 octobre approche. En tant qu’ancien président, si je me tais ce ne serait pas responsable. J’ai donc décidé de m’exprimer pour donner mon point de vue sur ce qui se passe en Côte d’Ivoire et donner ma direction. Celle qui me semble bonne», a-t-il dit.

Steven IBRAHIM