@Informateur.info- Samedi, Thérèse Ouattara, présidente de Force démocratique de Côte d’Ivoire (FDCI) et son parti ont claqué la porte à Generations et peuples solidaires (GPS), consacrant la rupture avec l’ancien président de l’Assemblée nationale, Guillaume Soro, dont les partisans n’ont pas manqué de la railler sur la toile.

En guise de réplique, Mme Thérèse Ouattara a expliqué, dimanche, sur sa page Facebook, les motifs de cessation de “toute collaboration avec le GPS et de se consacrer sur l’implantation et l’avenir politique” de son parti.

Thérèse Ouattara qui revendique être “sénoufo, koufoulo pure souche (…) honnête et loyale”, affirme ne pas aimer “l’hypocrisie, la manipulation, le mensonge, l’injustice et le mépris”.

“Je suis moi, j’aime observer, et j’aime tout ce qui est transparent, je suis méthodique et organisée. J’ai des projets et des ambitions comme tout le monde, je suis humaine et j’assume toujours mes prises de positions et mes choix. Je suis une femme leader avec la tête bien posée sur les épaules depuis 2011 et des Ivoiriens croient en moi et en mon savoir-faire”, se définit-elle.

Aussi, soutient Thérèse Ouattara, “vivre sans faire de bilan est très dangereux en général”, remerciant au passage ses “militants pour leur sagesse”.

“Dieu bénisse les personnes qui me lisent et m’insultent aujourd’hui seulement mais le mensonge prend l’ascenseur et la vérité les escaliers”, conclut l’ex- collaboratrice de Guillaume Soro dont le camp semble ébranlé par les nombreuses défections enregistrées ces derniers temps. Soro Kanigui Mamadou, Soro Alphonse, Thérèse Ouattara…la saignée continue pour le GPS.

Quoique Kader Diarrassouba, proche parmi les proches de Guillaume Soro, minimise ces départs en estimant que “l’avènement de Facebook a rendu populaires les défections même de parfaits inconnus”, a-t-il posté, ce dimanche.

Charlène ADJOVI